Guinea – Singapore Business Forum 2017 : la ZES et le corridor économique Kamsar-Boké-Conakry en vedette

Oct 13, 2017

Après la tenue du 9e sommet des BRICS du 3 au 5 septembre 2017 dans la ville de Xiamen, et par ailleurs zone économique spéciale dans la province du Fujian au sud-est de la Chine, la Guinée a présenté ses potentialités économiques et son nouvel environnement des affaires à Singapour. L’occasion pour M. Sun Xiushun, président de Winning International Group, de rassurer ses compatriotes Singapouriens du nouveau climat des affaires qui prévaut en Guinée. Un pays qui l’a adopté et qui le tient à cœur pour avoir déjà investi dans le consortium SMB Winning évoluant dans la région de Boké. 

Lire

Ouverture universitaire 2017-2018 : Les enseignants assistants ne seront pas au rendez-vous le 16 octobre !

Oct 13, 2017
A 72 heures de l’ouverture universitaire 2017-2018 en Guinée, les enseignants assistants des universités publiques mettent en cause l’effectivité de la rentrée des classes prévue pour le lundi 16 octobre 2017. Se sentant legés dans la revalorisation des primes des enseignants chercheurs décidé par le ministre Yero Baldé, les assistants ont lancé un avis de suspension des cours sur toute l’étendue du territoire Guinéen à compter de ce vendredi 13 octobre 2017, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Boké.
Ces enseignants assistants reprocheraient le chef du département de l’enseignement supérieur d’un traitement partial dans la valorisation des primes des enseignants chercheurs. Les maîtres assistants, les maîtres de conférence et les professeurs ont bénéficié d’un relèvement de leurs primes qui varie désormais entre six (6) et dix (10) millions de francs guinéens, selon les grades. Mais les assistants ont été maintenus à l’ancienne prime de 30.000 GNF par heure. Une décision jugée injuste par le collectif des enseignants assistants.
Selon leur porte parole, Monsieur Mohamed Kaba, assistant à l’Université de Kindia, joint au téléphone dans la matinée de ce vendredi 13 octobre 2017 par Guineematin.com, depuis la signature de l’arrêté ministériel, du 4 août dernier, portant revalorisation des primes des enseignants chercheurs, le collectif des assistants <<exclus>> a usé de tous les recours légaux pour amener le ministre Yero Baldé à prendre en considération leur requête. Mais à l’en croire, le ministre n’a pu satisfaire le moindre point de leurs revendications. C’est pourquoi, dit-il, << nous nous sommes réservés le droit de lancer un avis de suspension des cours dans toutes les universités de la Guinée à partir de ce vendredi 13 octobre 2017 >>.
En plus de la demande de revalorisation de leurs primes à hauteur de cinq (5) millions, les enseignants assistants ont d’autres points de revendications dont les essentiels sont les suivants :
– la facilitation de la formation des formateurs, conformément à la ligne allouée à ce secteur dans la subvention ;
– l’application effective du droit à la raitraite des fonctionnaires retraités, qui continuent toujours à occuper des postes et prendre des decisions ;
– l’avancement des trois premiers grades à l’interne. C’est-à-dire du grade assistant jusqu’au grade maître assistant soit acquis en Guinée et que le passage au grade professeur soit à l’extérieur (au CANEF) ;
– l’avancement automatique de tous les assistants ayant fait 5 ans ou plus de service, au grade de maitre assistant (conformément aux textes).
Au téléphone de Guineematin.com, Monsieur Mohamed Kaba a largement expliqué les vaines démarches effectuées par le collectif des enseignants assistants, dont il en est le porte parole : << tout est partis de l’arrêté signé le 4 août 2017, portant revalorisation des primes des enseignants chercheurs dans lequel les assistants ont été pratiquement exclus. Or, le décret 176 signé en 1989 dans ses articles 64 et suivants, définit les fonctions de l’enseignement supérieur et les attributions des primes, des indemnités et des avantages speciaux à tous les enseignants chercheurs. C’est clair dans le décret. Maintenant l’arrêté signé par Monsieur le ministre de l’enseignement supérieur en relation avec son homologue des finances, exclu complètement les assistants. Alors que concrètement, toute l’administration universitaire et même les activités pédagogiques sont tenues par les assistants. C’est pourquoi nous nous sommes levés comme un seul homme pour manifester notre mécontentement afin d’attirer l’attention du ministre sur cette question. Alors, nous avons adressé un courrier à Monsieur le ministre dans lequel nous avons mentionné six (6) points de revendications. Et par la suite il nous a convoqué pour nous dire carrément qu’il ne peut pas faire face à notre préoccupation. C’est d’ailleurs ce qui a motivé davantage tous les enseignants assistants à se retrouver et adresser un mémorandum au Président de la République pour qu’il prenne connaissance du dossier. Après le ministre, avant-hier mercredi 11 octobre, nous avons fait un entretien avec le collège des recteurs, où ils nous fait comprendre qu’ils n’ont pas été consulté avant la prise de cette décision de revalorisation partielle. Ils nous ont donc proposé de mettre en place une commission tripartite composée de quelques enseignants assistants, quelques membres du collège des recteurs et un certain nombre des cadres de l’enseignement supérieur, pour examiner notre plateforme. Nous avons répondu favorable à la mise en place de cette commission, mais tant que nos revendications ne sont pas satisfaites, aucun assistant ne foutra pieds dans une classe >>, a annoncé Mohamed Kaba, porte parole des assistants non revalorisés.
<< Ce vendredi 13 octobre, l’avis de suspension des cours est parvenus dans toutes les universités du pays. Si les lignes ne bougent pas d’ici le 16 octobre, date de l’ouverture universitaire, aucun enseignant assistant ne répondra présent >>, a-t-il avertit.
De Boké, Mamadou Diouldé Diallo pour Guineematin.com
Lire

Coopération : l’Egypte offre des matériels bureautiques au ministère des Sports

Oct 13, 2017

Dans la journée de ce vendredi, 13 octobre 2017, l’Agence Egyptienne de Partenariat pour le Développement, à travers son ambassade basée en Guinée, a fait un don offert au ministère des Sports. Il s’agit de 40 cartons composés d’équipements de bureau, de scanners, d’ordinateurs et d’imprimantes, a constaté sur place Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Mohamed Fathé, ambassadeur de l’Egypte en Guinée, après avoir félicité  le ministre Sanoussy Bantama Sow pour sa nomination à ce poste, a dit que la culture est pour son pays un moyen d’unir les peuples. « La culture construit les hommes, et les hommes construisent le développement dans les autres domaines. J’ai senti de près tout l’intérêt que son excellence monsieur le Président de la République porte à la culture lors de sa visite au mois de mai passé en Egypte. Cet intérêt a été très accueilli par le gouvernement égyptien et des instructions ont été données pour consolider la coopération culturelle entre les deux pays », a dit l’ambassadeur.

Pour lui, ce don sera orienté aux différents domaines de la culture. « On a également envoyé des experts de la bibliothèque d’Alexandrie en Guinée pour étudier et voir comment numériser les documents au niveau de la bibliothèque nationale. L’Egypte va procéder à la rénovation des documents importants qui se trouvent en Guinée. Aujourd’hui, nous procédons à la remise d’un don composé d’ordinateurs. C’est le début d’un long chemin d’une coopération culturelle, que ça soit dans le domaine artisanal et dans d’autres domaines », a dit le diplomate.

Par ailleurs, monsieur Mohamed Fathé va annoncer l’arrivée d’un lot important de livres et la relance du cinéma guinéen.

Dans son discours réponse, le ministre Sounoussy Bantama Sow a dit sa joie de recevoir ces matériels. Selon lui, dès après sa prise de fonction, son département a reçu un lot important d’ordinateurs, destinés à la bibliothèque Djibril Tamsir Niane et un montant important pour les travaux du mausolée nationale.

Cependant, selon Bantama Sow, le cinéma guinéen est en train de traverser le désert. « Je n’ai pas hésité un seul instant, à prendre l’engagement au nom du chef de l’Etat, pour relever le cinéma africain, le cinéma guinéen », a-t-il dit.

En fin, le ministre des sports et de la culture s’est dit heureux d’apprendre par la voix de l’ambassadeur de l’Égypte que dans les jours à venir, son pays va accompagner la Guinée dans la relance du cinéma, en formant les cinéastes et en équipant l’ONACIG.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tel. : (00224) 621 09 08 18

Lire

Hôtellerie : Lancement la semaine d’action mondiale en faveur du personnel d’étage

Oct 13, 2017

C’est sous le thème « Sécuriser mon lieu de travail » qu’a démarré ce vendredi, 13 octobre 2017 à Conakry, la semaine d’action mondiale en faveur du personnel d’étage de l’hôtellerie. Organisée par la Fédération Alimentation Générale de l’Hôtellerie Touristique (FAGHT) affiliée à l’ONSLG, les activités de ladite semaine ont été lancées au ministère de tutelle par le ministre d’Etat, ministre du tourisme, de l’hôtellerie et de l’artisanat, Thierno Ousmane Diallo, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Selon les organisateurs de l’évènement, l’initiative vise à obtenir des conditions de travail saines et sûres et une plus grande sécurité de l’emploi. Dans son discours de circonstance, madame Asmaou Bah a rappelé les conditions dans les quelles vivent les employés des hôtels. « La sécurité des employés d’étage de l’hôtellerie est devenue une question mondiale ces dernières années: des matelas et duvets plus lourds ; des portes en verre et les miroirs et surfaces brillantes ont rendu les conditions de travail peu sûres et alourdis les charges du travail. Les efforts de réduction de coûts se sont traduits par une externalisation des emplois du personnel d’étage ; une intensification du rythme de travail ; une augmentation des blessures ; un nombre d’emplois précaires et par un abaissement concomitant des normes du travail, des droits syndicaux et des salaires », a-t-elle déclaré. 
Selon elle, il incombe aux employeurs de prendre des mesures pour mettre les travailleurs d’étage dans des bonnes conditions. « Parmi ces mesures nous pouvons citer le droit à un salaire de subsistance et une rémunération égale pour un travail égal; le droit de former des comités syndicaux de santé et de sécurité dans chaque lieu de travail; des charges de travail adaptés à l’environnement de travail, en particulier la taille de la chambre, le nombre de lits et d’équipements; un travail en équipe de deux pour partager la charge de travail, … », a-t-elle cité entre autres.
Présent à la rencontre, le ministre d’Etat, ministre du tourisme de l’hôtellerie et de l’artisanat, Thierno Ousmane Diallo a, au nom du gouvernement, apporté tout son soutien à cette initiative. « Vous l’avez bien dit, le thème est sécurisez mon lieu de travail. Donc, vous vous adressez à la fois aux décideurs et aux employés. Je crois que c’est un message très fort. Il y a beaucoup de risques autour de votre métier. Il est de mon devoir, en tant que chef du département de tourisme, de vous appuyer et de vous accompagner et surtout vous encourager à percevrez », a-t-il affirmé.
A signaler que d’autres activités comme des séances de sensibilisation et de rencontres avec des employeurs sont aussi prévu courant cette semaine.

Mouctar Barry pour Guineematin.com 
Tel: 621 607 907

Lire

Déguerpissement des emprises publiques : une opération diversement appréciée

Oct 13, 2017

Pour diminuer les embouteillages et rendre les emprises de la voie publique propre, le ministre de la sécurité a lancé une campagne de déguerpissement de tous les étalagistes et marchands ambulants se trouvant au bord de la chaussée.

Cette opération de déguerpissement qui a été lancée hier jeudi, 12 octobre 2017, est différemment appréciée par les citoyens de Conakry, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Trouvé en face de Pharma Guinée, dans la commune de Dixinn, le marchand,  Aboubacar Diallo, qui requiert l’anonymat a bien apprécié l’opération mais demande à ce que l’Etat trouve de la place pour les étalagistes. « C’est une bonne chose de nettoyer la capitale. Cela va rendre Conakry propre. La capitale doit être propre et avoir de l’espace là où les gens passent. Ça, c’est normale mais la plupart des personnes qui occupent ces voies sont des gens qui se débrouillent. Par conséquent, l’Etat doit créer des conditions pour eux en aménageant d’autres endroits », a-t-il expliqué.

De son côté, Elhadj Ibrahima Diaouné, syndicaliste à la gare routière située au niveau du pont de Madina a apprécié cet état de fait avant de déplorer la façon dont agissent les agents de la police déployés sur le terrain. « Cela est une bonne chose. Les femmes nous embêtaient, surtout à la pharma-Guinée. Elles ont envahis la route en prenant leurs marchandises pour les mettre au milieu de la route. Il y avait aucun passage. Les chauffeurs de taxi et les syndicalistes, personne n’osait leur parler sans qu’il ne soit insulté», a-t-il expliqué.

Cependant, monsieur Diaouné a déploré certains comportements des agents  de la police déployés sur le terrain. « Parmi les agents, il y a certains qui n’ont pas  compris la demande faite par le ministre de la sécurité. Ils n’ont pas compris le contenu de la réunion tenue au ministère de la sécurité le 10 octobre 2017. Il n’est pas dit de taper les véhicules qui font descendre les passagers. Ils n’ont qu’à laissé les chauffeurs débarquer les passagers et continuer leur chemin. Par rapport aux boutiques, c’est anormale aussi qu’on vienne prendre un objet dans une boutique pour l’embarquer dans un pick-up. Parmi eux,  il y en a qui viennent prendre les marchandises et les tables pour les embarquer. Tant que le propriétaire ne paye pas de l’argent, on ne restitue pas. Tout ça, ce n’est pas normal.  S’ils continuent à faire cela, nous allons se plaindre auprès autorités supérieures », a-t-il annoncé.

Par ailleurs, les agents de sécurité routière trouvés sur place n’ont pas souhaité s’exprimer sur le sujet.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel: 654 416 922/664 413 227

Lire

Rentrée universitaire 2017 : «Elle sera effective ce lundi », dit Samba Camara

Oct 13, 2017

La rentrée universitaire 2017 se prépare activement dans les institutions publiques d’enseignement supérieur qui ont toutes tenu, à ce jour, leurs conseils d’université, a appris Guineematin.com ce vendredi.

Dans le cadre de rentrée universitaire 2017, toutes les universités publiques ont tenu leurs conseils préparatoires à ce jour, a expliqué au téléphone de Guineematin.com, Samba Camara, président du collectif de soutien aux réformes engagées par l’actuel ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Abdoulaye Yéro Baldé.

Interrogé sur la menace de boycott des cours qui plane toujours sur les institutions d’enseignement supérieur guinéen, dès ce lundi, 16 octobre 2017, Samba Camara déplore cette initiative et invite ses collègues à mettre la balle à terre.

« Il y a eu les conseils d’université dans toutes les institutions. Les emplois de temps sont disponibles et les étudiants sont informés. Nous pensons que nous allons ouvrir dans des bonnes conditions, cette année encore. Seulement, nous avons un souci. Nous venons d’apprendre que la lueur d’espoir qui planait à l’enseignement supérieur, je veux parler de l’arrêté conjoint, a été reportée. Nous comptons, parallèlement à l’ouverture, mener des démarches auprès du ministère. Nous allons continuer à plaider pour que l’application de cet arrêté conjoint ne soit pas reportée. Si on reporte cet arrêté, c’est sera encore une lueur d’espoir perdue au niveau de l’enseignement supérieur. A cause d’un groupe de personnes qui n’a aucune légalité et qui n’a pas le droit de parler au nom de l’ensemble, on ne doit pas priver tout le monde » a-t-il indiqué.

Il précise que le syndicat est la seule structure habilitée à parler au nom de l’ensemble des travailleurs.

« C’est pourquoi, nous invitons tout le monde à reprendre la route de l’université. Chaque institution a une structure syndicale. Ce n’est pas un groupe de personnes qui peut envoyer tout le monde en grève. Nous sommes assistants. Il faudrait que nos collègues qui continuent d’appeler à la cessation des cours sachent qu’ils n’ont pas ce mandat. C’est pourquoi, nous les exhortons de revenir sur le bon chemin. Si ce qu’ils faisaient était légal, on pouvait tous rallier la cause», rassure Samba Camara.

Par ailleurs, notre interlocuteur a tenu à rappeler que selon le décret 176, le statut d’assistant à l’université guinéenne n’est valable que pour 2 ans renouvelables 2 fois. Passé ce délai, l’assistant doit être affecté à l’enseignement Pré-universitaire. C’est pourquoi, Samba Camara insiste pour que ces collègues acceptent l’application immédiate de l’arrêté conjoint qui prévoit la prise en charge des frais de formation des primes des membres du jury lors des soutenances, afin que les assistants passent au grade supérieur.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Lire

Kérouané : la rencontre entre le gouverneur et les manifestants reportée à samedi

Oct 13, 2017

Suite à la manifestation de rue dans la journée d’hier à Kérouané, il était prévu une rencontre entre le gouverneur, Mohamed Gharé, et les manifestants dans l’après-midi de ce vendredi, 13 octobre 2017.

Joint au téléphone par notre rédaction, le préfet de Kérouané, Damoun Kanté a annoncé que la rencontre n’aura finalement pas lieu aujourd’hui. «Le calme est réellement revenu à Kérouané grâce à la négociation de monsieur le gouverneur. Un meeting est prévu pour demain samedi, 14 octobre 2017, à la maison des jeunes de la préfecture », a-t-il dit au bout du fil.

A la question de savoir pourquoi il y a eu ce report à la dernière minute, Damoun Kanté ajoute : « la rencontre était prévue pour aujourd’hui mais les sages sont venus voir le gouverneur pour demander pardon afin que la rencontre soit reportée pour demain. On ne sait pas pourquoi, c’est eux qui savent les raisons mais puisque la population de Kérouané est à 95% musulmane et aujourd’hui c’est vendredi, peut-être que c’est lié à ça », a estimé le préfet.

 Il a précisé que la rencontre sera présidée par le gouverneur de Kankan, Mohamed Gharé, et Damoun Kanté, préfet de la localité.

En attendant, Damoun Kanté rassure que la circulation est devenue normale et tout est ouvert, y compris les bureaux de la préfecture qui étaient fermés jusque-là.

Mamadou Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Lire

Culture : l’ONACIG organise la journée du Cinéma Africain

Oct 13, 2017

La Direction générale de l’Office Nationale du Cinéma, de la Vidéo et de la Photo de Guinée (ONACIG) a organisé hier  jeudi 12 octobre 2017, la « Journée du cinéma Africain » à la Blue zone de Kaloum. L’évènement a enregistré la présence des ministres des sports, de la culture et du patrimoine historique, du commerce et celui de la jeunesse. C’est le secrétaire général de la Fédération Panafricaine du Cinéma (FEPACI), le malien Cheick Oumar Cissoko qui était l’invité d’honneur, a constaté sur place Guineematin, à travers un de ses reporters.

Dans son discours, la directrice générale de l’ONACIG, Mariama Camara a évoqué les missions de sa structure. « L’Office National du Cinéma, de la Vidéo et de la photo de Guinée a pour mission d’impulser, de coordonner toutes les activités du secteur du cinéma et de l’audiovisuel, d’élaborer la règlementation y afférant, de tenir les registres des activités et le registre des professions, de promouvoir notre culture et de former, participer à la sauvegarde du patrimoine culturel, fixer l’image pour la mémoire collective et en fin créer des rencontres entre professionnels », a énumeré Mariama Camara.

De son coté, Cheick Oumar Cissoko, secrétaire général de la FEPACI a, dit au ministre  Sanoussy Bantama Sow  qu’il est à la tête du département le plus important du gouvernement guinéen. Pour lui « La culture est le fondement de notre humanité, le référentiel qui nous permet de donner un sens à nos existences individuelles et collectives et à notre rapport au monde. Sans elle, nous ne sommes rien. Et la culture c’est l’ensemble des activités que chaque communauté  humaine a développés depuis la nuit des temps pour  construire sa société et aller vers un lieu sain », a-t-il dit.

Par ailleurs, il a ajouté que c’est la première fois que la « Journée du cinéma Africain » se fait dans le pays où est le président en exercice de l’Union Africaine.

Selon Cheick Oumar Cissoko, la Guinée était, au début des indépendances, à l’avant garde de la production cinématographique ou  même de l’installation d’instituts cinématographiques. Aujourd’hui, le cinéma a perdu sa valeur, d’où l’interpellation des autorités à s’investir dans la promotion du cinéma guinéen. « Je vais vous rappeler qu’en 1967, la première pierre du premier laboratoire sur le continent  a été posé  ici  Conakry par le ministre de l’information Béhanzin ».

Avant de lire son discours, Sanoussy Bantama Sow ministre des sports, de la culture et du patrimoine historique a demandé à l’assistance d’observer une minute de silence à la mémoire des illustres pionniers du cinéma guinéen et africain qui ont ouvert aux populations la grande porte de l’écriture cinématographique.  Le numéro 1 du département de la culture, a exprimé la volonté de son gouvernement de développer le 7ème art et d’améliorer les conditions de travail des acteurs du cinéma.

Des projections de films et la remise des satisfécits aux pionniers de la cinématographie guinéenne ont meublé cette cérémonie qui a regroupé plusieurs cinéastes.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Lire

Route Lola-Côte d’Ivoire : les riverains pressés de voir leur localité désenclavé

Oct 13, 2017

La Consultation Publique sur le Rapport de l’Etude d’Impact Environnemental et Social du Projet de construction de la route Lola – Nzoo Gouela, frontière de la Côte d’ivoire, s’est tenue   dans  la salle de réunion de la Préfecture de Lola.  Placée sous la haute autorité de Monsieur Saa Yola TOLNO, cette  rencontre a connu la présence de 75 participants dont des cadres préfectoraux et communaux de Lola centre et des sous-préfectures, des riverains et de la société civile, a constaté sur place Guineematin.com, à travers son correspondant local.

 D’entrée de jeu, Monsieur Jean GBAMOU, conseiller de la Commune urbaine de Lola et représentant du Président de la délégation spéciale, a invité chaque participant à s’impliquer dans l’accomplissement des travaux de cette journée et des activités de cette route.

Mamadi Oscar MONEMOU, représentant Madame la Ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts a exposé sur la procédure de réalisation d’Etude d’impact environnemental et social en République de Guinée. Il a expliqué les rôles et responsabilités de chaque partie prenante dans le processus de validation d’un rapport d’Etudes environnementale tout en insistant sur la consultation des parties prenantes et l’information du public.

Dans son discours, Monsieur Saa Yola TOLNO, Préfet de Lola, a exprimé sa grande satisfaction pour avoir été le président de cet atelier. Il a souligné l’importance de la construction de cette route  qui va non seulement desservir la Guinée et la Côte d’Ivoire, mais aussi contribuera à la facilitation de l’intégration des Etats membres de la CEDEAO.

Par ailleurs, Monsieur Saa Yola TOLNO a salué le sérieux avec lequel les études d’impact environnemental et social ont été menées et qui tiennent compte des préoccupations de toutes les parties prenantes.

Au cours de cette journée, Monsieur Lansana DIAWARA, chef service suivi des Plans de Gestion Environnemental et social du Ministère des travaux publics, a exposé sur La présentation du Projet de construction de la route et ses composantes ; La présentation des impacts et mesures d’atténuation et le Plan d’Action de Réinstallation et de Compensation (PARC).

C’est après cet exposé que les participants, en particulier les riverains, ont exprimé leurs préoccupations tout adhérant au projet.

Des suggestions formulées ont été prises en compte notamment : l’implication des médias dans tout le processus, Le respect de la procédure communautaire dans la compensation des sites culturels affectés, l’accélération des activités de construction; l’appui aux ONG, Groupements et Associations de jeunes et de femmes ; la construction d’une clôture en grillage pour protéger la mare de Gogota ; l’indemnisation de façon exhaustive de toutes les populations susceptibles d’être impactés par le projet ; l’emploi de la main d’œuvre locale tout en priorisant les résidants locaux ;  la réalisation des infrastructures sociales de base ; l’indemnisation des biens impactés avant le démarrage des activités ; l’octroi d’un terrain de football et une gare routière à Nzoo Gouela ; la protection de l’environnement.

Tout en exprimant leur adhésion totale au projet, les participants ont tous souhaité son plein succès.

Il faut noter que ce projet doit être financé à hauteur à plus de 300 milliards de nos francs par la Banque Africaine de Développement.

De Lola, Léopold Konté pour Guineematin

 

Lire

Kérouané : le gouverneur Mohamed Gharé rencontre les manifestants ce matin

Oct 13, 2017

Après la manifestation de la population dans la journée d’hier, jeudi 12 octobre 2017, le calme est revenu ce vendredi, 13 octobre dans la préfecture de Kérouané, a appris Guineematin.com de son correspondant local.

«Effectivement, le calme est revenu en attendant une rencontre entre la population et le gouverneur de Kankan, Mohamed Gharé qui a pu rentrer dans la ville aux environs de 20 heures, hier. La rencontre est prévue à la maison des Jeunes», précise notre correspondant.

S’agissant des barricades, notre interlocuteur rassure qu’il n’y en a plus dans la préfecture. « Les organisateurs de la manifestation ont appelé la population à enlever les barricades pour répondre à l’invitation du gouverneur. En plus, il y a eu des appels au calme des ressortissants basés à Conakry  », a-t-il dit.

Selon notre correspondant, au cours de la rencontre de ce vendredi, il est prévu de donner la parole aux manifestants avant que le gouverneur, Mohamed Gharé ne tienne son discours. « Ce qui est évident, au cas où il n’y aura pas satisfaction dans le discours du gouverneur, la manifestation pourrait reprendre », a-t-il dit.

A suivre…

Mamadou Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Lire

Election du Conseil de l’Ordre des Pharmaciens : vaine tentative des sages de « ramener à la raison » le bureau sortant

Oct 13, 2017
L’élection des membres du conseil de l’Ordre des Pharmaciens de Guinée est prévue ce samedi 14  octobre 2017. Les préparatifs vont bon train et « tout est mis en œuvre pour sa réussite », a assuré à Guineematin une source bien introduite.
Selon nos informations, de nombreuses actions ont été menées pour permettre à ladite élection de revêtir un caractère inclusif. Au nombre de ces actions, figure l’implication des sages  de la corporation. Cette démarche visait à aplanir les divergences et à rapprocher les positions, notamment du bureau sortant dont le mandat a expiré depuis 2006.
Selon notre source, le ministre de la santé, le Dr Abdourahmane Diallo a rencontré une délégation des sages, conduite par le Dr Baba Sakho, ancien président du Conseil. Une rencontre fructueuse, a-t-on appris, et qui a permis « de lever des restrictions et d’allonger le délai de dépôt des candidatures jusqu’au jeudi à 19 heures. Tout ceci visait à permettre une participation de ceux qui le désirent et qui remplissent les conditions requises à savoir être titulaire d’un diplôme de Pharmacien et être inscrit à l’ordre », a fait remarquer notre interlocuteur.
En outre, les sages ont bien rencontré des membres du conseil dont le mandat est échu. Mais, les sages se sont heurtés à l’intransigeance de ces derniers, conduits Dr Fodé Oussou Fofana.
Malgré tout, notre source indique que « le processus est en marche et que l’élection du conseil de l’Ordre des Pharmaciens de Guinée aura bien lieu ce samedi 14 octobre 2014. Il faut qu’on mette de l’ordre dans le secteur », a conclut notre contact.
Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com
Tel 628 17 99 17
Lire

Avis d’Appel d’Offre International pour la Réhabilitation des centrales de Banéah et de Grandes Chutes

Oct 13, 2017

Avis d’Appel d’Offre International 

CENTRALE HYDRAULIQUE

Réhabilitation des centrales de Banéah et de Grandes Chutes

Electricité de Guinée (EDG)                                                           

  • Le gouvernement de la République de Guinée représenté par le Ministère de l’Energie et de l’Hydraulique (MEH) a obtenu un prêt de la Banque Européenne d’Investissement (BEI) pour financer la mise en œuvre du Programme d’urgence d’approvisionnement en Electricité pour améliorer la desserte de la ville de Conakry et des Préfectures sur les réseaux interconnectés.
  • Le Ministère de l’Energie et de l’Hydraulique (MEH) représenté par l’Entreprise

Lire

Avis d’Appel d’Offre International pour la Réhabilitation de la centrale de Garafiri

Oct 13, 2017

Avis d’Appel d’Offre International

CENTRALE HYDRAULIQUE

Réhabilitation de la centrale de Garafiri

Electricité de Guinée (EDG)

  • Le gouvernement de la République de Guinée représenté par le Ministère de l’Energie et de l’Hydraulique (MEH) a obtenu un prêt de la Banque Européenne d’Investissement (BEI) pour financer la mise en œuvre du Programme d’urgence d’approvisionnement en Electricité pour améliorer la desserte de la ville de Conakry et des Préfectures sur les réseaux interconnectés.
  • Le Ministère de l’Energie et de l’Hydraulique (MEH) représenté par l’Entreprise

l’Electricité de Guinée (EDG) lance un appel d’Offres International pour d’utiliser une partie de ce fonds pour effectuer des paiements au titre des marchés de réhabilitation de la centrale de Garafiri localisé en Guinée sur le fleuve Konkouré.

  • L’Electricité de Guinée (EDG) sollicite des offres de la part des entreprises qualifiées pour assurer les fournitures requises et exécuter selon les règles de l’art les travaux de réhabilitation de la centrale faisant l’objet du présent Avis d’Appel d’Offre. Il s’agit de :

En plus de la description complète donnée en Annexe G « Exigences du Maître de l’Ouvrage », il est mentionné sommairement ci-dessous que le présent Appel d’Offres a pour objet, sans y être limité, les travaux suivants :

  • La réhabilitation des équipements installés dans l’usine, dans le poste 110kV et dans le barrage (turbine, alternateur, auxiliaires électriques, auxiliaires mécaniques, équipements hydromécaniques, équipements du poste 110kV, contrôle-commande) ;
  • Les travaux de génie civil de la route d’accès, des locaux de chantier de la route d’accès, des locaux de chantier, des travaux de traitement des infiltrations de la prise d’eau, de la rénovation de la chaussée du pont de la prise d’eau ;
  • Les travaux de réfection du génie civil de l’usine et du poste haute tension 110kV ;
  • La formation du personnel d’exploitation du poste sur les nouveaux équipements. La formation du personnel d’exploitation de la centrale de Garafiri.
  • Pour être admises à concourir, toutes les entreprises devront pouvoir justifier des références et fournir les documents et attestations listés ci-après:

4.1 Capacité administrative et Commerciale

  • Liquidités et/ou facilités de crédit au moins égales à vingt-cinq millions Euros (25 000 000 EUR).
  • Au cours des cinq dernières années, un chiffre d’affaire annuel pour des travaux similaires au présent projet dépassant cent millions d’Euros (100 000 000 EUR).

4.2. Capacité technique

Etre une entreprise ou un groupement d’entreprises dans lequel les compétences suivantes sont présentes, et pour lesquelles l’entreprise ou le groupement peut présenter des références concernant des travaux de nature similaire :

  • bureau d’étude avec une expérience dans la conception, le dimensionnement (mécanique, électricité, contrôle-commande), la réhabilitation d’équipements et d’installations hydroélectriques de nature et étendue similaire à celles considérées pour ce marché ;
  • démontage, installation, remontage et réhabilitation d’équipement hydroélectrique de nature et étendue similaire à celles considérées pour ce marché, englobant aussi bien les aspects mécanique, électrique, que contrôle-commande et mise en service ;
  • expérience avérée d’intervention dans une centrale en exploitation ;

Références pour des projets similaires exécutés dans les dix (10) dernières années dans la réhabilitation :

  • au minimum cinq (5) références de travaux de construction d’équipements d’usines hydroélectriques dans les vingt (20) dernières années ;
  • au minimum deux (2) références de travaux de réhabilitation d’équipements d’usines hydroélectriques pour un montant minimal de 7 000 000 EUR chacune, certifiées par des lettres du client final avec identification et détails de contact du représentant du client final ;
  • références en Afrique

Chacune des références citées aura au minimum les renseignements de base suivants :

  • client, nom du projet et brève description, emplacement du projet, enveloppe financière, durée du projet, dates d’exécution, bailleurs de fonds.
  • une liste du personnel en nombre et en qualification (ingénieurs, conducteurs de travaux, contremaîtres, etc.) que le Pré-qualifié entend affecter au chantier si le marché lui est attribué, avec organigramme d’exécution de projet ;
  • identification du Représentant du Constructeur proposé comme responsable du projet, parlant couramment français et ayant au moins 10 ans d’expérience pour des travaux de nature et de volume similaires, y compris au moins 3 ans d’expérience en tant que chef de projet ;
  • identification du Directeur des travaux proposé, ayant au moins 10 ans d’expérience pour des travaux de nature et de volume similaires, y compris au moins 3 ans d’expérience en tant que chef de chantier ;
  • identification des Chefs monteurs proposés, ayant au moins 10 ans d’expérience pour des travaux de nature et de volume similaires, y compris au moins 3 ans d’expérience en tant que cadre de montage ;
  • La provenance souhaitée pour les équipements principaux de production hydroélectrique est l’Europe.
  • Le contrat sera clé en main, avec une responsabilité en conséquence du constructeur sur le délai de réalisation et l’engagement sur les prix forfaitaires pour une réhabilitation toutes sujétions comprises, dans les délais contractuels.
  • L’attention des Entreprises souhaitant se qualifier est attirée sur le fait que les offres devront être accompagnées au stade de la soumission ultérieure d’une garantie de soumission en Euros (EUR) d’un montant de Quatre Cent Cinquante Mille (450 000 Euro). La garantie de soumission sera une garantie bancaire. Cette garantie de soumission demeurera valide pendant un (1) mois au-delà de la date limite initiale de validité des offres, ou de toute nouvelle date limite de validité demandée par la Commission et acceptée par le Soumissionnaire. La période de validité initiale des offres sera de cent vingt (120) jours. Les plis seront ouverts, en présence des représentants qui souhaitent être présents à la séance de leur ouverture, à la date limite pour le dépôt des offres, à l’adresse qui sera stipulée ultérieurement.
  • Tout soumissionnaire admis à concourir, intéressé par le présent avis, pourra

obtenir un jeu complet du Document d’Appel d’Offres International (DAOI) moyennant le paiement d’un montant non remboursable de 250 € (Deux Cent Cinquante Euros) réparti comme suit : 30% à l’ARMP ouvert à la BCRG et les 70% restants au compte n° 41 – 11 – 071 intitulé Receveur Central du Trésor, contre une quittance pour chaque versement.

Le cahier de charge sera délivré au soumissionnaire disposant des deux (2) quittances délivrées par la BCRG et par le Trésor Public, à partir du 12/10/ 2017 à l’adresse ci-après :

Electricité de Guinée (EDG)

Immeuble EDG – Cité Chemin de fer – Coronthie – Commune de Kaloum BP : 1463

République de Guinée

Chef de Projet Energie Guinée (PEG)

Tél. : (00 224) 622 67 62 47

E-mail : peg.loncemagas62@gmail.com

  • Les soumissionnaires peuvent répondre individuellement ou en groupement et resteront engagés par leur(s) offre(s) pour un délai maximum de 120 jours à compter de la date prévue pour l’ouverture des plis.
  • Les offres établies en langue française seront présentées conformément aux instructions aux soumissionnaires et devront être déposées sous plis fermés à l’adresse ci-dessus au plus tard le 04/01/2018 à 10 h 00 précises (TU). La soumission des offres par voie électronique ne sera pas autorisée. Les offres remises en retard ne seront pas acceptées.
  • Les offres seront présentées en Hors Taxes (HT).
  • L’ouverture des plis en séance publique se fera en présence des responsables des soumissionnaires qui le souhaitent. Elle aura lieu le jour de dépôt des offres à 11 h 00 dans la salle de réunions de la Direction Nationale du Marché Public.
  • Des renseignements complémentaires pourront être obtenus aux contacts figurants à l’adresse ci-dessus.
  • L’Electricité De Guinée (EDG) se réserve le droit de ne donner aucune suite à tout ou partie du présent Appel d’Offres.

Guineematin.com vous propose de cliquer sur le lien ci-dessous pour voir la copie de cet avis d’appel d’offre :

Appel d’offre Garafiri

Conakry le 10 octobre 2017

Antoine BRANCO

Administrateur Général p/i

Lire