Les audiences criminelles se poursuivent dans les différentes juridictions de Conakry. Hier, lundi 16 avril 2018. Au tribunal criminel de Dixinn, 22 affaires criminelles étaient inscrites au rôle hier : 13 cas de viols, 7 affaires d’association de malfaiteurs et vol à main armée, une affaire de meurtre et un dossier de contrefaçon et altération de billets de banque, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Parmi ces affaires jugées par le tribunal criminel de Dixinn, il y avait le dossier de cinq (5) accusés de vol à main armées et d’association de malfaiteurs. Quatre accusés en fuite ont été condamnés dans ce dossier, par défaut, à 20 ans de réclusion criminelle. Le seul accusé présent à la barre est condamné à dix ans et sept mois de réclusion criminelle.

A l’ouverture de l’audience, le président du tribunal Mangadouba Sow a ordonné que les plus anciens dossiers soient appelés en premier lieu. C’est dans ce cadre que le dossier de Mohamed Sylla et des quatre autres qui sont en fuite a été appelé. Les quatre compagnons d’infortune sont Cheick Ahmed Tounkara, Kémoko Mansaré, Moussa Soumah et Sékou Oumar Condé, tous inculpés de vol à main armée et association de malfaiteurs. Un dossier qui date du 20 septembre 2007.
Après avoir décliné son identité à la barre, l’accusé Mohamed Sylla a expliqué les circonstances dans lesquelles il a été arrêté. « Je conduisais ma voiture, quand je suis arrivé à Matam vers 20 heures, un groupe de trois personnes m’a déplacé pour aller à la cimenterie. On a conclu le déplacement à 80 000 francs guinéens. Arrivés sur les lieux, ils sont allés attaquer une boutique. Ils ont échangé des tirs avec un gendarme qui était venu au secours. Le groupe a réussi à s’enfuir et une balle perdue m’a atteint à la jambe. C’est ainsi qu’ils m’ont fait arrêter. Mais, moi, je ne connais personne parmi eux », a-t-il expliqué.

Par ailleurs, Mohamed Sylla a laissé entendre que depuis son arrestation, le 20 septembre 2007, il n’a jamais été entendu ni par la police, ni par un juge d’instruction. « Les quatre autres ont pris la fuite ; et, moi, depuis le 20 septembre 2007, je suis en détention », a-t-il précisé.

Pourtant, après avoir rappelé les faits, le procureur Mohamed Samoura a demandé au tribunal de les retenir tous dans les liens de la culpabilité de vol à main armée et d’association de malfaiteurs. « Je vous demande de condamner Cheick Ahmed Tounkara, Karamoko Mansaré, Moussa Soumah, Sékou Oumar Condé à 20 ans de réclusion criminelle, puis à Mohamed Sylla à 15 ans de réclusion criminelle », a-t-il requis.

De son côté, la défense, par la voix de maître Maurice Sâa Tolno, a demandé l’acquittement pur et simple pour infractions non établies. « Depuis 2007, Mohamed Sylla est en prison en violation de ses droits. Il n’a jamais été entendu et son mandat n’a jamais été renouvelé. Je vous demande d’acquitter purement et simplement Mohamed Sylla pour infraction non établie », a plaidé maître Maurice Sâa Tolno.

Finalement, les quatre accusés en fuite ont été condamnés par le tribunal à 20 ans de réclusion criminelle. Puis, un mandat d’arrêt est décerné contre eux à l’audience. Mohamed Sylla pour sa part, est condamné à 10 ans 7 mois de réclusion criminelle. Ainsi, ce dernier recouvrera sa liberté dans quatre jours, c’est-à-dire le 20 avril 2018.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 654 416 922/664 413 227

Facebook Comments

Guineematin