Le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) rencontre le gouvernement ce vendredi 11 mai 2018 sous l’égide de l’inspection générale du travail. La démarche vise à ouvrir un couloir de négociations sur les huit millions de francs guinéens de salaire de base pour les enseignants, conformément au protocole d’accord du 13 mars dernier, a appris Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

C’est le secrétaire général du SLECG, Aboubacar Soumah, joint au téléphone ce vendredi 11 mai dans la matinée, qui a confirmé que les négociations s’ouvrent aujourd’hui. « Oui, les discussions commencent aujourd’hui au ministère de la fonction publique », a dit laconiquement le syndicaliste.

Selon Mohamed Bangoura, chargé de la presse et de la documentation, le SLECG a déjà déposé la liste des 10 personnes devant prendre part aux négociations. Ce sont : Aboubacar Soumah, Oumar Tounkara, Mohamed Ouamouno, Joseph Yenen Traoré, N’faly Keira, Mohamed Bangoura, Hawaou Bah, Kadiatou Touré, Saa Leno, Fatoumata Donzo.

Lors de la première rencontre, tenue vendredi dernier, les syndicalistes avaient posé des préalables avant le début des discussions sur le fond : « le non respect de la date du 2 mai, le non respect de l’accord numéro 4 qui faisait état des mutations dont sont l’objet certains syndicalistes et enseignants pour fait de grève. C’est notamment au niveau de l’université de Kindia, il y a des syndicalistes qui ont été mutés. Il y a aussi pour les négociations de févier 2017, des homologues de l’université de Kindia n’ont pas été engagés », avait dévoilé Aboubacar Soumah.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tel 628 17 99 17

Facebook Comments

Guineematin