Depuis le mercredi soir, 08 août 2018, l’actualité nationale est dominée par l’accord politique obtenu entre le pouvoir et l’opposition sur le contentieux électoral, consécutif aux élections locales du 04 février 2018. Après 6 mois de crise politique, le RPG Arc-en-ciel, l’opposition républicaine et le gouvernement guinéen sont parvenus à un compromis permettant de mettre fin à la crise post-électoral et l’installation des élus locaux.

Suite à la signature de cet accord, des réactions divergentes se sont fait entendre au sein de la classe politique où certains jubilent et d’autres s’indignent. Au sein de l’opinion publique également, les citoyens sont divisés sur la question. Si certains saluent cet accord qui met fin à la crise politique et toutes ses conséquences, d’autres dénoncent la violation de la loi pour des arrangements politiques.

Guineematin.com vous propose, ci-dessous, les réactions de certains citoyens de Conakry.

Abdoulaye Baldé, commerçant

Abdoulaye Baldé

Abdoulaye Baldé, commerçant : parce qu’il n’y a pas eu de morts ou de blessés pour avoir cet accord, vraiment je suis ravi. Franchement cet accord a permis de décrisper la situation politique qui était vraiment très tendue. Comme en Guinée les accords sont beaucoup plus suivis que la loi, on va les suivre pour voire la suite. En tout cas, moi je suis très content de ça surtout que cela a permis finalement d’annuler les manifestions de l’opposition qui devaient débuter aujourd’hui.

Lansana Touré, rencontré à Cosa

Lansana Touré

Lansana Touré, rencontré à Cosa : les Guinéens ont beaucoup souffert des manifestations engendrées par les crises politiques, ils vivent au jour le jour. Ces manifestations empêchent les citoyens de trouver leur quotidien. Ce qui est nécessaire pour la mouvance et l’opposition c’est de négocier toujours autour de la table. Si maintenant un compromis est trouvé entre les deux pour mettre fin à cette crise politique, je pense que les Guinéens vont souffler un peu.

Alpha Sylla

Alpha Sylla, diplômé en ressources humaines : si on ne respecte pas ce que la loi dit, on se met à mettre en place des accords en partageant les communes et les quartiers, c’est comme si nous sommes en brousse, moi je vois cela très anormal. La manière dont la loi a parlé sur les élections communales et communautaires, il fallait faire application de ça. Mais on voit le plus souvent qu’on dévie la loi pour parler de consensus et d’accords.

Cela n’est pas une bonne image pour le pays. C’est des faux arrangements parce que chacun d’eux sait là où il a gagné. Si c’est l’UFDG qui a gagné dans toute la Guinée c’est elle qui doit être là. Si c’est le RPG aussi qui a gagné dans toute la Guinée c’est lui qui doit être là. C’est sur ça que la démocratie se repose. Mais si on fait reposer la démocratie sur le mensonge, cela n’est pas normal.

Mamadou Bhoye Laafa Sow et Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin