Achoura 2018A l’instar de ses coreligionnaires du monde, la communauté chiite de Guinée a commémoré ce jeudi, 20 septembre 2018, le martyr de l’Imam Houssein, assassiné dans la ville de Karbala, en Irak en l’an 61 de l’hégire. Cette journée marque le 25ème anniversaire du début de la célébration de l’Achoura en Guinée.

Achoura 2018L’événement a été organisé en commun accord avec le secrétariat général des Affaires religieuses, le département de l’Enseignement pré-Universitaire et celui de l’Administration du territoire.

Il a connu la présence de plusieurs autorités et de leaders religieux, des ressortissants iraniens vivants en Guinée ainsi que de nombreux fidèles chiites guinéens. La rencontre a été caractérisée par la lecture du saint coran, des explications sur l’histoire de l’Imam Houssein ; mais aussi, des prières et bénédictions en faveur des populations, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était à la rencontre tenue au quartier Cimenterie, dans la préfecture de Dubréka.

Achoura 2018Sur la genèse de cette fête, le vice-président de l’Association Ahloul Bayt pour la propagation de l’islam en Guinée, Cheick Yousouf Bah, a expliqué que la journée d’Achoura est une journée historique et vivante qui interpelle toute la communauté musulmane. « Il s’agit de la célébration du martyr de l’Imam Houssein, petit-fils du prophète (PSL) qui s’est soulevé contre le pouvoir des Yazid et du sultan Omeyade. Un pouvoir despote et tyran. L’imam Houssein qui a été désigné par le prophète (PSL) comme l’un des deux maîtres de la jeunesse au paradis et 72 de ses compagnons se sont soulevés contre ce pouvoir dans la ville irakienne de Karbala où ils sont tombés en martyrs », a-t-il expliqué.

Achoura 2018

Mamadou Mouctar Bah

Pour sa part, le fidèle chiite, Mamadou Mouctar Bah, a souligné qu’Achoura n’est pas une fête parce que c’est une journée qui symbolise l’assassinat du petit-fils du prophète (PSL) et de ses compagnons. « Pour ceux qui aiment le prophète et sa famille, cette journée est une journée de deuil. C’est pourquoi, on s’est retrouvé ici pour se rappeler de cette histoire qui s’est passée à Karbala en l’an 61 de l’hégire. Donc, c’est loin d’être une fête pour tous ceux qui aiment le prophète et sa sainte famille. C’est plutôt une journée de tristesse et de rappel », a-t-il dit.

Achoura 2018

Elhadj Mohamed Fodé Sylla

De son côté, Elhadj Mohamed Fodé Sylla, représentant du secrétaire général des Affaires religieuses, est en même temps, directeur national adjoint du réseau des ONG et associations religieuses au niveau dudit secrétariat, a profité de cette rencontre pour véhiculer un message de paix et d’unité entre les populations.

« Quand on est là, c’est pour véhiculer le seul message de la paix, l’unité nationale et la consolidation du tissu social. La religion n’a jamais été un facteur de division. Elle appelle toujours à l’unité, à l’entente et à la complémentarité. Dire que je suis sunnite ou chiite, qui a raison ? Dieu montrera ça. Aujourd’hui, ce dont on a besoin, c’est la paix », a-t-il insisté, en rassurant que face à la montée du djihadisme qui fait craindre certaines personnes, l’Etat a déjà pris le devant. « La Guinée ne connaîtra jamais de problème lié au djihadisme. L’Etat a une main-mise sur tout ce qui est de l’islam en Guinée. Nous veillons à tout ce qui est de l’islam dans notre pays », soutient-t-il.

Il faut rappeler qu’Achoura est le 10ème jour du premier mois du calendrier musulman. La communauté musulmane commémore cette journée chaque année de différentes manières.

Alpha Assia Baldé pour Guinematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Guineematin