L’accord électoral entre l’Union des Forces Républicaines (UFR) et le RPG Arc-en-ciel pour la constitution des exécutifs communaux a dominé les débats ce samedi, 18 août 2018, à l’assemblée générale du parti de Sidya Touré. Devant des militants massivement mobilisés, les responsables du parti ont expliqué les raisons de la signature d’un tel accord, a constaté sur place Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Selon des informations distillées dans la presse, l’accord signé ente l’UFR et le RPG Arc-en-ciel reposerait sur plus de trois milliards de francs guinéens et d’autres avantages matériels, dont 8 véhicules pickup, au bénéfice du parti de Sidya Touré. Interrogé sur cette question, le vice-président de l’UFR, Bakary Goyo Zoumanigui a démenti. « Il faut qu’on évite de propager des informations qui ne sont pas fondées… Vous savez, je suis la deuxième personnalité de l’UFR, fondateur du parti. Si quelque chose comme ça devait se produire, je serais informé. Je ne sais pas où se trouvent ces huit pickup dont on parle. Je ne sais pas où sont tombés ces 3,7 milliards là parce que nous avons un compte que j’ai ouvert, sous ma signature à Ecobank. Vous pouvez vérifier. Donc, je rejette ça. Je vous réponds que c’est archifaux », a lancé le député.

A la question de savoir ce qui a pesé sur la balance pour que cet accord soit signé entre les deux camps, Bakary Goyo Zoumanigui a fait savoir que « l’UFR a négocié avec beaucoup politiques, notamment avec l’UFDG, avec le BL, le RDIG, ainsi de suite. Là où nous avons obtenu un accord, c’est avec le RPG Arc-en-ciel et nous avons signé, pour que le RPG AEC nous appuis à Boké et à Matam. Vous savez, ces accords, on souhaite qu’ils soient effectifs. Parce qu’on entend que l’accord intervenu entre l’UFDG et le RPG Arc-en-ciel à Kindia a du mal à prospérer. Donc, nous souhaitons tous que les militants des différentes formations politiques acceptent de se discipliner pour que ces accords là voient le jour ».

Pour ce qui est de la « vente » du Port Autonome de Conakry à l’entreprise turque Albayrak, Goyo Zoumanigui a dit que « c’est un dossier que je ne connais pas. Je ne m’aventure pas sur ça. En tant que député, ce n’est pas encore arrivé à notre niveau. Quand ça va être soumis à notre niveau, on va se prononcer ».

Quant à la restructuration du parti, le vice-président a laissé entendre qu’elle se poursuit dans la perspective des élections législatives à venir et de la présidentielle de 2020.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17

Facebook Comments

Guineematin