Un violent affrontement a eu lieu hier dimanche, 13 mai 2018 dans la préfecture de Siguiri. Il a opposé des habitants de deux villages qui se disputent une zone minière. Au moins une personne a été tuée, une autre est portée disparue, et quatre personnes ont été blessées, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Siguiri.

Depuis plusieurs années, les districts de Lènkèkoro Kinièba et de Nafadji, tous relevant de la sous-préfecture de Banko dans la préfecture de Siguiri, se disputent la paternité du site minier en question. En raison de ce conflit, la justice de paix de Siguiri a suspendu l’exploitation du site jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée au problème. Et malgré cette décision de justice, des habitants des deux villages se sont retrouvés sur les lieux dimanche et se sont violemment affrontés.

« Hier à 10 heures, j’ai été informé par certains citoyens que les jeunes de Lènkèkoro Kinièba ont agressé nos jeunes mineurs sur la mine, ils ont saisi plus de 10 motos. Quand les jeunes sont partis vers eux pour réclamer la libération des motos saisies, ils ont commencé à tirer. Un de nos jeunes a été tué, un autre (un malien) est porté disparu et deux autres ont été blessés par balles », a témoigné ce lundi au micro de Guineematin.com, Mamady Saiba Camara, le président du district de Nafadji.

Une version aussitôt démentie par le président du district de Lènkèkoro Kinièba, Amara Traoré, que nous avons également interrogé. Il indique que c’est le camp d’en face qui a provoqué les affrontements : « Le vendredi passé, j’ai reçu une plainte du district de Nafadji, me convoquant à la gendarmerie départementale de Siguiri ce lundi, le dimanche, nos jeunes étaient au travail, les jeunes de Nafadji sont venus leur demander d’arrêter le travail. Pendant la discussion, un autre groupe est venu de Nafadji, muni d’armes. Ils ont tiré sur nos jeunes, deux d’entre eux ont été grièvement blessés », a-t-il dit, tout en précisant qu’il n’est pas au courant d’une quelconque saisie de motos.

Après l’éclatement de ces affrontements, des agents de sécurité basés dans la ville de Siguiri ont été déployés sur les lieux, à la demande du sous-préfet de Banko, Mamady1 Camara. Ce dernier nous a confiés que le calme revient dans la zone et confirme le bilan fourni par les responsables locaux. « Le calme commence à revenir, j’ai appelé mes chefs qui ont envoyé la sécurité. Le bilan fait état de 4 blessés graves qui sont admis à l’hôpital préfectoral de Siguiri, un mort et autre qui est porté disparu », a expliqué le sous-préfet.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin