Comme annoncé précédemment, des affrontements sanglants ont éclaté à la frontière Guinéo-Malienne, à Kouremalé, dans la préfecture de Siguiri, le dimanche dernier, 06 mai 2018. Ces affrontements ont fait deux morts, 64 blessés et de nombreux dégâts matériels dont deux camions remorques remplis de blé et d’autres marchandises, un bus et près d’une centaine de boutiques incendiés (coté malien). Pour Mambi Keïta, maire de Benkady, qui a reçu l’envoyé spécial de Guineematin.com à Kourémalé-Mali, ces affrontements ne sont que l’œuvre des « bandits ».

Mambi Keïta, maire de Benkady

Selon le maire de la commune rurale de Kourémalé, ces violents affrontements qui ont failli altérer profondément les liens d’amitié et de fraternité qui ont toujours existé entre la Guinée et le Mali, est l’œuvre des « bandits, des malfrats ; parce que la Guinée et le Mali, sont un même peuple. Pour preuve, quand ces affrontements ont commencé, j’étais sur le territoire guinéen. Ce sont les guinéens eux-mêmes qui m’ont dit de rester jusqu’à ce que le calme revienne. S’il y avait des problèmes entre la Guinée et le Mali, moi qui vous parle, je ne saurais être maire au Mali ; mais, étant guinéen, ils ont accepté de m’élire comme maire au Mali. Donc, une fois encore, ce malheureux incident est l’œuvre des bandits », a-t-il dit avec insistance.

Parlant du bilan de ces affrontements, le maire de Benkady, précise qu’il n’y a eu aucun mort sur le territoire malien ; mais, les dégâts matériels sont importants. « Il y a deux camions remplis de blés et de marchandises et un bus qui ont été incendiés. Il y a eu beaucoup de perte en numéraire, de l’argent ; il y a plus de deux cent (200) kiosques et boutiques qui sont partis en fumée à la zone tampon. C’est dur à accepter. Comme je l’ai dit, la Guinée et le Mali sont un même peuple. Ce problème n’est pas une affaire entre militaires ; mais, c’est la population », a-t-il dit, se réjouissant tout même du calme qui règne actuellement à Kouremalé.

Enfin, Mambi Keïta a dit que ses services sont en train de recenser les victimes et évaluer les pertes pour les aider « parce qu’aujourd’hui, il y a certains qui n’ont même pas de quoi nourrir leurs familles ; car, les malfrats ont tout incendié. Ce que je demande aux présidents guinéen et malien, le professeur Alpha Condé et Ibrahima Boubacar Keïta, c’est de renforcer davantage la sécurité entre nos deux frontières afin d’éviter ces genres de problèmes à l’avenir. Sinon, les bandits risquent de nous opposer ».

A suivre !

De Kouremalé, Ibrahima Sory Diallo, envoyé spécial de Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Guineematin