C’est un Cellou Dalein Diallo très remonté contre le pouvoir Alpha Condé qui s’est exprimé ce samedi, 23 septembre 2017, devant ses militants puissamment mobilisés au siège de l’UFDG à l’occasion de la toute première assemblée générale ordinaire après la marche du 20 septembre 2017 qui s’est soldé par 2 morts et plusieurs blessés.

D’entrée, le président de l’UFDG a demandé une minute de silence à la mémoire de toutes les victimes de Conakry, de Boké et de la forêt depuis l’avènement du Président Alpha Condé au pouvoir en 2010.

Le chef de l’opposition guinéenne dit être « choqué de voir des jeunes abattus par ceux là qui sont formés, habillés, équipés et payés par les contribuables. J’étais entrain de me réjouir au stade du 28 septembre du fait qu’on avait réussi enfin à organiser des manifestations civilisées ; mais, c’était sans compter avec les ennemis du progrès, avec les ordres de Alpha Condé qui considérait comme une humiliation le succès de notre manifestation », a-t-il dit, avant d’accuser le régime d’avoir « infiltré de la marche et provoqué des histoires. Cela n’a pas suffit ! Ils ont pris les armes pour aller abattre Ismael Bah et Ibrahima Sory Sow, alors ceux-ci n’avaient rien fait », a dénoncé Cellou Dalein Diallo.

Toujours sur ses nerfs, Cellou Dalein Diallo a qualifié de « sauvage » la Guinée d’Alpha Condé… « Vous avez vu au Niger, lorsqu’on a assassiné l’étudiant, partout… Au Sénégal, lorsqu’il y a une bavure qui ôte la vie à un citoyen, le gouvernement est ému, des enquêtes sont diligentées pour situer les responsabilités. La vie humaine est sacrée. Mais, avec Alpha Condé, malheureusement, ce n’est pas le cas. Malgré tous les engagements pris par le gouvernement, on n’a jamais vu un gendarme, un policier interrogé… Nous sommes dans un pays sauvage. Il faut que tous nous défendions nos droits », a-t-il lancé.

Bref, à bien écouter le principal opposant au régime d’Alpha Condé, les manifestations ne s’arrêteront pas tant que leurs revendications ne seront satisfaites. Dans ce sens il a appelé ses militants à plus d’engagement et de détermination pour poursuivre le combat. « Nous n’encourageons pas la destruction des édifices publics ; mais, nous encourageons les manifestations pacifiques pour que le gouvernement comprenne qu’il a perdu la confiance du peuple », a précisé Cellou Dalein Diallo qui menace d’élargir les manifestations dans tout le pays. « J’ai reçu plusieurs appels de N’zérékoré, de Boké… Nous allons faire en sorte que toute la Guinée se lève pour exprimer son ras-le-bol face à ce pouvoir carrent, incompétent, corrompu et assassin », a menacé le leader de l’UFDG.

Mamadou Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél. : 622 68 00 41

Facebook Comments