Directeur Général Orange Finances Mobiles Guinée

Sékou Amadou Bah est le Directeur Général Orange Finances Mobiles Guinée. A l’instar des grands Décideurs de la haute finance du continent, il a pris part à la sixième table ronde annuelle des leaders de l’Initiative africaine sur les politiques d’inclusion financière (AFPI), qui se tient à Conakry les 10 et 11 mai et regroupant quelques 120 participants Africains et d’ailleurs.

Après son exposé sur l’inclusion financière notamment, la monnaie électronique et surtout l’apport de la société Orange dans les transactions financières à travers son produit Orange Money, M. Bah a accepté de répondre aux questions de Guineematin.com portant largement sur les performances de cet opérateur de téléphonie dans un secteur jusque là réservé aux professionnels des banques.

Guineematin.com : Vous prenez part à ce grand rendez-vous de la 6ème table ronde des Leaders de la haute finance pour parler de l’inclusion financière. Est-ce que vous pouvez nous dire comment se porte Orange Money (OM) et sa partition dans le financement inclusif en Guinée.

Sékou Amadou Bah : Je représente ici la société de téléphonie Orange-Guinée et je suis le directeur finances mobiles Guinée, qui s’occupe de tout ce qui est mobile money en Guinée. Orange Money aujourd’hui, c’est plus de deux millions de comptes ouverts et plus d’un million parmi eux sont actifs. Depuis la semaine dernière, nous avons plus d’un million de clients qui font des transactions. Ces transactions c’est l’ensemble des dépôts, des retraits, des paiements de facture, le paiement marchand, c’est la réception des transferts internationaux, c’est tout cet ensemble d’écosystème de services qu’on offre à travers Orange Money.

Guineematon.com : Actuellement ces opérations sont évaluées à combien ?

Sékou Amadou Bah : A date, ces transactions s’élèvent à plus de 600 mille par jour et en valeur cela représente entre 70 et 80 milliards de Francs guinéens journaliers. Ce qu’il ne faut pas confondre au chiffre d’affaire. Ces montants représentent l’ensemble des opérations qui passent sur notre plate-forme d’Orange Money.

Guineematin.com : Peut-on avoir une idée de la couverture du pays actuellement ?

Sékou Amadou Bah : Orange Money couvre l’ensemble du territoire national et nous avons plus de 18 mille points de vente. On peut se targuer de dire aujourd’hui qu’on a parc clientèle qui dépasse l’ensemble des banques de la Guinée. Puisque je ne crois pas que l’ensemble des banques en Guinée réunies, aient un millions de clients.

Guineematin.com : En dehors de la Guinée, est-ce que vos opérations touchent d’autres pays ?

Sékou Amadou Bah : Comme je l’ai dit dans ma communication, nous travaillons actuellement sur d’autres projets d’interopérabilités qui permettent de rendre interopérable un ensemble de plates-formes. Notamment des plates-formes mobile-money, des plates-formes bancaires. Bref, nous travaillons sur des plates-formes locales, nationales, africaines et internationales. Mais pour revenir à votre question, nous avons ouvert un corridor vers la Guinée. Aujourd’hui, il est possible, à travers la France, à Paris d’envoyer de l’argent vers un client Orange Money en Guinée. C’est dans le sens Nord-Sud. Nous travaillons sur ce projet et espérons avoir les autorisations nécessaires pour faciliter des opérations dans les deux sens. Nous travaillons aussi sur une plate-forme entre les pays de l’UMOA (comme par exemple la Côte d’Ivoire, le Mali, le Sénégal ou la Guinée Bissau qui nous entourent) et la Guinée.

Guineematin.com : Et comment vous faites pour la convertibilité du Franc guinéen ?

Sékou Amadou Bah : C’est simple, pour la convertibilité du Franc guinéen, on la prend au taux du jour à la Banque centrale et diffusé chaque jour. Et c’est ce que nous utilisons pour toutes les opérations en dehors du pays.

Guineematin.com : Vous venez d’annoncer l’avènement de nouvelles plates-formes OM en direction des pays de l’UMOA, de la France, … Quand est-ce que ces plates-formes seront opérationnelles réellement ?

Sékou Amadou Bah : Nous espérons les rendre opérationnelles au plus tard à la fin de cette année 2018.

Guineematin.com : En quelques mots, dites-nous les difficultés majeures rencontrées par OM dans son opérationnalisation ?

Sékou Amadou Bah : Dans l’ensemble notre problème majeur c’est l’identification des clients. Nous sommes dans des endroits où nos clients ont des problèmes de pièces d’identité. C’est un enjeu majeur que nous avons à ce niveau. Nous pensons qu’il est nécessaire d’œuvrer à ce que toutes les populations puissent disposer d’une pièce d’identité valable et fiable dans tout le pays. Ce serait merveilleux.

Propos recueillis et décryptés par Abdallah Baldé pour Guineematin.com

Tél. : 628 08 98 45

Facebook Comments

Guineematin