Suite à l’assassinat de celui qui était pressenti pour être maire de la commune rurale de Sinta, dans la préfecture de Télimélé, trois suspects ont été arrêtés et conduits à la prison civile de Télimélé. Pour autant, cela ne rassure pas la famille de Yéro Malal Diallo, la victime. Au domicile du défunt, situé dans le district de Touguiwel, dans la commune rurale de Sinta, l’heure est plutôt au pessimisme, a constaté l’envoyé spécial de Guineematin.com, qui s’est rendu sur place ce lundi, 02 avril 2018.

Deux semaines après l’assassinat de Yéro Malal Diallo, tête de liste de l’UFDG dans la commune rurale de Sinta et qui s’apprêtait à être élu maire de cette localité, sa famille continue à recevoir des visites. Des visiteurs qui viennent compatir à la douleur de la famille et lui apporter leurs soutiens moral et financier. Pendant ce temps, les parents de la victime ont hâte de savoir la vérité sur cet assassinat. Savoir qui a tiré sur lui, qui a commandité le meurtre et bien sûr pour quelles raisons. C’est dans ce cadre justement que trois personnes, suspectées d’être impliquées dans ce crime ont été arrêtées par la gendarmerie.

Pourquoi les soupçons portent sur ces trois ? Nous avons posé la question à Amadou Sara Diallo, neveu du défunt, venu de Conakry pour suivre le dossier : « Vous savez, le tireur a été aperçu par Oumar (un proche de la victime) qui était assis avec mon oncle lorsqu’il a reçu la balle. Ce dernier l’a vu courir, il ne l’a pas reconnu parce qu’il faisait nuit ; mais, il a vu qu’il portait une chemise de couleur rouge, il l’a même poursuivi en criant au secours. Mais, le tireur a réussi à disparaître dans la brousse. Seulement, le chapeau qu’il portait est resté accroché à un arbre contre lequel le tireur s’est cogné et s’est même blessé à la tête. Quelques minutes après, ce même jeune est revenu à la maison ici, il a trouvé un groupe de jeunes qui étaient arrivés sur les lieux, il leur a dit de ne pas rester arrêtés là, de rentrer plutôt dans la brousse pour rechercher l’assassin, les gens ont dit qu’ils ne peuvent pas rentrer dans la brousse à ce moment-là, il s’est alors retourné.

Peu après, un des fils de mon oncle qui rentrait de Cambanya à moto sans savoir que son père a été assassiné, l’a rencontré avec un autre jeune sur une moto non loin de la maison. Quand ce dernier est arrivé ici, il a dit qu’il a rencontré le jeune en question. Après, on a dit à un de nos jeunes du nom d’Ibrahima Djouldé de le surveiller pour voir s’il peut constater quelque chose qui pourrait le lier à cet assassinat. C’est suite à cela qu’il a été interpellé par la gendarmerie au bord d’un fleuve en possession de la drogue.

Le deuxième, c’est le fils d’un oncle paternel à moi. Lui, juste après l’assassinat, il est parti dans un village où on a des parents aussi, il a exprimé sa joie en disant que le bandit a été tué. Les gens qui étaient là-bas lui ont demandé de quel bandit parle-t-il, il a répondu en disant qu’il s’agit de Yéro Malal. Ils lui ont demandé ensuite qui a tiré sur lui, il a dit que ce sont ses ennemis. Ils ont encore demandé qui sont ses ennemis, il a dit que lui-même en fait partie. Lui, il a été arrêté à cause de ces déclarations.

Le troisième, il y avait un conflit domanial qui l’opposait à mon oncle. Une assise avait même été organisée pour trouver solution au problème. Mais, il n’a pas respecté ce qui avait été convenu à cette occasion. Mon oncle a porté plainte donc contre lui à la gendarmerie, ils étaient programmés à la gendarmerie pour aller s’expliquer le mardi 20 mars 2018. Mais, quand le monsieur a appris cela, il a dit qu’ils n’iront s’expliquer devant la gendarmerie que si Yéro Malal vit », a expliqué à Guineematin.com monsieur Sara Diallo.

Arrêtés et conduits à la gendarmerie, les suspects ont nié toute implication dans cet assassinat. Ils ont tout de même été déférés à la prison civile de Télimélé, où ils attendent leur procès. Mais, d’ores et déjà, la famille de Yéro Malal Diallo a perdu tout espoir de voir se tenir un procès pouvant permettre de connaitre la vérité à Télimélé.

« La gendarmerie dit avoir fini son travail, elle les a déférés à la prison civile de Télimélé. Mais, je pense qu’il faut s’attendre à tout, sauf à un procès sérieux à Télimélé. Moi, en tout cas, je ne crois même pas qu’il y aura un procès ici. Parce que, je suis parti il y a trois jours à la prison avec l’oncle maternel du jeune que nous soupçonnons être le tireur, on est allé faire semblant de vouloir les aider à sortir. Quand on est arrivé, les gardiens nous ont demandés de payer une somme de 20 mille francs pour entrer dans la cour, ce qui fut fait. Ensuite, ils ont demandé à ce qu’on paye un montant de 500 mille francs pour pouvoir les voir, nous avons dit que nous n’avons pas cette somme, on a finalement payé 50 mille pour les voir.

Nous leur avons dit que nous savons qu’ils ne sont pas les commanditaires de l’assassinat et qu’ils sont peut-être que de simples exécutants, nous avons dit que s’ils nous disent qui a commandité le crime, nous allons les aider à sortir de la prison ; mais, ils ont maintenu leur position selon laquelle ils ne savent rien de cette affaire. En sortant, un des gardes pénitentiaires nous a dit de payer 500 pour chacun d’eux afin qu’ils soient tranquilles dans la prison, pour qu’ils ne souffrent pas selon lui. Il a ensuite dit que si nous avons de l’argent, ils peuvent nous aider à les sortir de la prison pour les envoyer discrètement au Sénégal, ils m’ont donné le numéro de téléphone sur lequel on doit déposer l’argent », ajoute Amadou Sara Diallo.

Il indique que d’autres personnes membres du RPG Arc-en-ciel sont soupçonnées d’être impliquées dans cet assassinat ; mais, qu’il n’y a pour l’heure aucune preuve contre elles. « C’est la justice qui doit travailler de telle sorte qu’on puisse savoir s’ils sont effectivement impliqués ou pas », dit-il. Mais au regard de l’évolution du dossier, la famille de Yéro Malal ne s’attend pas à grand-chose de la justice de Télimélé. « Donc ce que nous, nous souhaitons aujourd’hui, c’est que le dossier soit transféré à Kindia ou bien à Conakry afin qu’un procès sérieux soit organisé pour savoir la vérité dans cette affaire », indique notre interlocuteur.

Les trois suspects, Fodé Bah, Alsény Diallo et Alpha Souleymane Bah se trouvent actuellement à la prison civile de Télimélé en attendant de savoir quel sort leur sera réservé. Pendant ce temps, les deux épouses et les sept enfants de la victime, attendent de savoir toute la vérité sur l’assassinat de Yéro Malal Diallo.

De Télimélé, Alpha Fafaya Diallo, envoyé spécial de Guineematin.com

Tél. : 628124362

Facebook Comments

Guineematin