Diallo Thierno Boubacar, fils du défunt

Au lendemain de la confirmation de la mort d’Elhadj Abdourahmane Diallo, connu sous le nom d’Elhadj Doura, le vieil homme enlevé en début décembre à Hamdallaye, des gens se bousculent à son domicile. De nombreuses personnes viennent présenter leurs condoléances et exprimer leur compassion à sa famille. C’est le cas notamment de l’homme politique Bah Oury qui s’est rendu dans la famille mortuaire ce jeudi, 10 mai 2018.

Depuis l’annonce officielle de la mort d’Elhadj Doura Diallo dans les mains de ses ravisseurs, le domicile de l’opérateur économique situé dans le quartier Hamdallaye ne désemplit pas. Parmi les personnes qui viennent présenter leurs condoléances à la famille du défunt, des hommes politiques dont le leader du mouvement UFDG Renouveau, Bah Oury. L’ancien ministre s’est rendu sur place ce jeudi pour exprimer sa compassion et sa solidarité à la famille d’Elhadj Doura.

Arrivée de Bah Oury

« C’est un grand sentiment de tristesse qui m’anime aujourd’hui, mais aussi de compassion pour la mémoire d’Elhadj Doura. C’est vrai que nous sommes des êtres humains, nous vivons, puis nous périssons. Mais les circonstances de son décès, une longue captivé suite à un kidnapping, des circonstances qui ne sont pas encore élucidées, constituent des chocs pour ses proches et pour sa famille. Donc, je suis venu présenter mes sincères condoléances à sa famille et à ses proches, et j’exprime toute ma compassion et ma solidarité à sa famille », a déclaré au micro de Guineematin.com, Bah Oury.

L’opposant en a profité pour déplorer la situation sécuritaire de notre pays, et appeler à des mesures urgentes pour y remédier : « Il y a beaucoup de choses à faire sur le plan de la sécurité, il y a une certaine forme d’impunité qu’il faut combattre, et il faut que des dispositions puissent être prises dans ce sens. Parce que ce qui est tout à fait déplorable, c’est qu’aujourd’hui, il y a des moyens logistiques et technologiques qui permettent de tracer les déplacements et les communications de certaines personnes.

Mais, ce n’est pas le moment de faire état de cela. Je pense que les autorités compétentes ont pris la profondeur de ce qu’il faut changer pour que les forces de police puissent être en mesure dans le monde d’aujourd’hui, d’avoir la capacité d’être en mesure de combattre la criminalité qui prend d’autres formes inhabituelles, que nous ne connaissions pas », a dit l’acteur politique.

Aïssatou Sadjo Bah pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin