Les employés des banques et institutions de micro-finance de Guinée sont en colère contre leurs employeurs et menacent d’aller en grève. Ils l’ont fait savoir ce mardi, 09 septembre 2018, à travers une assemblée générale tenue à Kaloum où ils donnent 10 jours à leurs patrons pour une prise en compte de leurs revendications, a appris sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Les banques et assurances ont été momentanément fermées ce mardi sur recommandation de la FESABAG (Fédération Syndicale Autonome des Banques, Assurances et micro-finances de Guinée). Les protestataires exprimaient ainsi leur ras-le-bol face à certains comportement de leurs patrons. Ils se sont massivement mobilisés à l’entrée de la FBN Bank et Afriland First Bank pour entonner l’hymne national et réitérer leur engagement à lutter pour la défense de leurs intérêts.

Selon Abdoulaye Sow, secrétaire général de la FESABAG, la mobilisation de ce mardi vise à protester entre-autres, contre la non-tenue des promesses sur les mesures d’accompagnement suite à la hausse du prix du carburant à la pompe. « Nos patrons, y compris le gouverneur de la Banque Centrale, ont promis de nous donner, après la grève des autres, des mesures d’accompagnement. Aujourd’hui, cette promesse est trahie. Notre pouvoir d’achat est érodé En plus, il y a certaines banques en Guinée qui n’ont aucun respect pour nos lois, aucun respect pour la signature de nos autorités et qui méprisent les travailleurs. Nous voulons que les choses changent. Nous voulons imposer aux responsables des banques le respect des lois de la République ».

Par ailleurs, ce qui a suscité la colère des membres de la FESABAG, précise Abdoulaye Sow, c’est le récent licenciement d’une employée de la FBN Bank. « On vient de licencier, de vouloir licencier un syndicaliste, secrétaire général, malgré le fait que l’inspection générale du travail a demandé de ne pas licencier. Il s’agit de madame Mabinty Sylla de la FBN Bank, titulaire d’un Master 2 et bénéficiaire d’une bourse d’Etat. Elle est secrétaire générale du syndicat et a fait des revendications fortes vis-à-vis de la direction générale. Elle a obtenu des résultats, c’est resté à leur tréfonds. Ils se sont dits, il fait lui chercher la petite bête. Ils ont demandé à l’inspecteur du travail d’autoriser ce licenciement, ce qu’il a refusé. Malgré tout ils l’ont licencié. Il faut qu’elle soit restaurée dans ses droits. Aujourd’hui, pour un oui ou un non, on peut licencier quelqu’un à la banque. Nous ne l’accepterons pas », martèle-t-il.

C’est pour toutes ces raisons, « que nous sommes débout aujourd’hui, et nous serons debout, parce qu’à compter d’aujourd’hui, nous allons déposer un préavis de grève pour faire respecter les promesses qui ont été tenues et faire aboutir notre réclamation concernant notre camarade. Si cela n’est pas fait, nous irons en grève », a laissé entendre Abdoulaye Sow.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17

Facebook Comments

Guineematin