L’assemblée générale du RPG Arc-en ciel de ce samedi 31 mars 2018 a porté essentiellement sur la rencontre entre les responsables du parti et la communauté Baga d’une part et de l’autre, sur la mission du ministre Sanoussy Bantama Sow à Bamako. La séance a été présidée par le secrétaire général du parti, Honorable Saloum Cissé, entouré de plusieurs ministres et autres membres du bureau politique national, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Après la rencontre avec la communauté Baga, Saloum Cissé a rendu compte aux militants le contenu de son entretien avec le doyen de cette communauté. « Il nous a dit ceci, à partir de maintenant, les politiciens n’ont qu’à se mettre autour d’une table pour débattre de tous les problèmes et que la loi soit appliquée. Que jusque maintenant, la loi est occultée, la loi n’est pas appliquée. Qu’il nous met devant nos responsabilités et qu’il demande ardemment que la loi soit appliquée dans toute sa rigueur. Que personne n’est au-dessus de la loi, à commencer par le premier responsable, jusqu’au dernier guinéen », a-t-il expliqué.

Selon le secrétaire général du parti au pouvoir, le doyen de la communauté Baga leur a dit également : « qu’on ne crée pas un parti politique pour égrener le nombre de morts. Nous avons perdu 95 personnes, qu’on ne crée pas de partis politiques pour ça. Si c’est les charlatans qui ont quand même donné un quota, en tout cas avec nous, le quota-là ne sera pas atteint », a rappelé Saloum Cissé.

Poursuivant sa communication, Saloum Cissé dira qu’au moment où sa formation politique était dans l’opposition, aucune personne n’avait été touchée. « On n’a pas eu de cimetière et en 1993, lorsqu’on a perdu les élections, le premier mot d’ordre du président de la République a été ceci : je ne suis pas venu pour gouverner les cimetières. Il l’a dit, et nous qui étions autour de lui, on s’est énervé. On l’a boudé quelque jours, il a pris son téléphone pour nous appeler un à un. Il a pris son temps pour expliquer pourquoi il ne veut pas gouverner les cimetières et nous avons compris ».

De son côté, Sanoussy Bantama Sow, ministre des Sports, de la culture et du patrimoine historique, a justifié leur présence dans la capitale malienne suite au décès du mari de Nènèn Bah, ambassadrice de la Guinée en Allemagne.

En outre, lors de son séjour à Bamako, Bantama Sow dit avoir constaté la diabolisation de la Guinée à l’extérieur, à travers les publications faites sur les réseaux sociaux et les radios en ligne. C’est pourquoi selon lui, il a commencé à faire passer des messages de paix lors des dernières assemblées générales de son parti. « Chaque fois les samedis, je fais passer les messages en disant que tous les guinéens, nous sommes en train de faire l’histoire de ce pays. Et demain, chacun d’entre nous rendra compte devant l’histoire, que tu sois homme politique, que tu sois journaliste, que tu sois un leader d’opinion. Tu dois faire en sorte que ton comportement, ton attitude aille dans l’intérêt supérieur de notre pays, de l’unité nationale et de la cohésion sociale », conseille-t-il.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin