Le 59ème anniversaire de l’accession de la Guinée à l’indépendance a été célébré en différé le samedi dernier, 13 janvier 2018, à Kankan. En marge de ces festivités, l’envoyé spécial de Guineematin.com a rencontré monsieur Mamady Touré, neveu du grand résistant africain contre la pénétration coloniale, Almamy Samory Touré, dans la préfecture de Kérouané. Avec lui, il a été question de la vie de son oncle paternel, des campagnes militaires menées par Samory Touré et de l’histoire de Kérouané entre-autres.

Guineematin.com : parlez-nous de votre grand-père, le résistant à la pénétration coloniale, Samory Touré 

Mamady Touré : Samory Touré a une longue histoire. Mais, je me ferais le devoir de vous donner l’essentiel. Samory Touré est le jeune frère de mon père. L’histoire que je vais vous raconter m’a été transmise par mon père, Kémé Bourema Touré. Mon père m’a dit que l’arrivée de Samory Touré avait été prédite par nos ancêtres. Ils avaient dit que l’Afrique va enregistrer la naissance d’un garçon dont tout le monde va parler car il va se battre contre vents et marrée pour défendre le continent contre l’ennemi. Pour cela, ils ont dit qu’il fallait immoler 100 bœufs comme sacrifice. Ce qui fut fait. Ça, ça a été fait à Sanankoro, une localité située à 3 kilomètres de Kérouané. Samory Touré est né à Kérouané, car c’est là-bas où vivait son père. Kérouané a presque été fondé par Samory Touré. Comme il ne s’entendait pas avec ses voisins (les Camara) il leur a demandé de l’aider avoir une place ailleurs. Ceux-ci lui ont dit de voir partout où il voudra, ils vont lui céder le territoire.

Ainsi, il est venu ici (Kérouané), les Camara lui ont dit que nous t’avons dit de chercher n’importe quel endroit mais ici, nous ne pouvons pas t’aider à avoir ce territoire car cette terre appartient aux Konaté. Malgré tout, Samory Touré est venu voir les Konaté et leur a demandé de l’aider à avoir le territoire. A l’époque, il n’y avait que des champs de riz ici. Les Konaté lui ont dit qu’il n y a pas de problème mais à condition qu’il ne détruise pas leurs champs de riz. Samory Touré à son tour a dit que quand tu te bats, c’est parce que tu es rassasié. Donc, je ne détruirai pas vos champs de riz. Quand le riz est arrivé en maturité, Samory Touré a regroupé les gens pour venir récolter le riz. Le camp est aujourd’hui à cet endroit. Samory Touré a dit aux Konaté que vous m’avez offert cette terre, donc s’il y a à payer quoi que ce soit, demandez le moi maintenant parce que je ne souhaiterai pas que vous veniez me la réclamer un jour ou à un de mes enfants et dire que j’ai obtenu cette terre par la force. Alors, ils ont dit à combien coutait cette terre (Kérouané). Samory Touré leur a donné l’argent. Alors dès après, il s’est assis sur un tronc d’arbre. Mais en s’asseyant, il a dit que Dieu a fait que je me suis assis sur ce Kaira Wane (la paix soit sur ce territoire, traduit littéralement). Donc depuis cette époque, cette localité a porté le nom de Kérouané.

Guineematin.com : Samory Touré a beaucoup lutté contre l’impérialisme. Qu’est-ce que vous savez des guerres qu’il a menées ?

Mamady Toué : ce qu’on mon père m’a dit et moi-même j’ai vu la preuve. Chaque fois que Samory combattait une armée, il ramenait le corps d’un capitaine blanc pour l’inhumer ici. Il y a au-moins 60 tombes des capitaines blancs ici à la préfecture. Nous n’avons pas assisté à la guerre, mais nous avons vu les tombes. Le centre administratif actuel est sur le cimetière. C’est une des maisons de Samory Touré qui a été démoli et dont la parcelle sert de logement pour les fonctionnaires. Là où nous sommes actuellement, c’est la maison de Kémé Bourema Touré, jeune frère de Samory Touré. Il y a même une plaque qui a été fixée juste à la rentrée.

Guineematin.com : aujourd’hui qui gère les biens de Samory Touré ?

Mamady Touré : aujourd’hui, nous gardons tout le patrimoine existant de Samory Touré. Nous avons ses armes. Nous ne les utilisons pas car nous n’avons pas cette capacité, cette force mystique qu’il avait (rires).

Guineematin.com : êtes-vous content du passé de Samory Touré, de son passé ?

Mamady Touré : nous sommes très contents de notre oncle. A travers lui, nous sommes honorés. Même Alpha Condé a dit que le premier Gouvernement de la Guinée a été celui de Samory Touré.

Guineematin.com : est-ce que vous avez des avantages actuellement, je veux parler de la famille de Samory Touré ?

Mamady Touré : nous ne bénéficions de rien actuellement. Je ne sais pas si le Gouvernement du président Alpha Condé va penser à nous, mais pour l’instant on n’a rien. Sinon, nous pensions au-moins que le Gouvernement aurait pu nous donner une maison à la place de celle qu’elle a démolie. Mais, nous n’avons bénéficié ni de la maison, ni de l’argent.

Guineematin.com : avez-vous un dernier mot ?

Mamady Touré : mon mot de la fin, c’est qu’aujourd’hui, je suis un des derniers descendants directs de Samory Touré. Moi, j’ai eu des témoignages authentiques sur la vie de mon oncle Samory Touré. Mon père Kémé Bourema m’appelait tous les matins, pour me raconter l’histoire de son frère. Car, il me disait qu’un jour, les gens viendront me poser des questions sur la vie de Samory Touré.

Interview réalisée à Kérouané par Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tel. (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Guineematin