Malgré l’insistance du sôtikemo de Boké, Thèmou Kalissa, qui a tenté jusqu’à minuit hier, dimanche 22 octobre 2017, de dissuader les organisateurs de sursoir à la marche, des dizaines de personnes habillées en t-shirts blancs (estampillés « Boké a compris » devant et « Boké avant tout » derrière), sont descendus dans la rue, pour protester contre le directeur préfectoral de Boké, Monsieur Siné Magassouba, qu’ils accusent d’incriminer une trentaine des fils de kakandé, rapporte la rédaction locale de Guineematin.com à Boké.

Avec des slogans hostiles à l’accusé, des banderoles et des pancartes en mains, les marcheurs ont fait un petit tour de la ville entre 10 heures et 11 heures, avant de rallier la cour de la préfecture, où ils ont scandé : « Magass zéro ! Magass au-revoir ! ». C’est ainsi que Monsieur John Coumbassa (contrôleur financier à la préfecture et un des mis en cause dans le rapporte que le DPE de Boké est accusé d’avoir déposé au BPN du RPG arc-en-ciel), a pris le micro pour s’adresser aux manifestants dans la langue du terroir…

« Si Magass n’est pas à Boké, tout le monde est d’accord. Le problème de Boké s’appelle Magass. Il a finit de diviser les fils de Boké. C’est lui qui déstabilise le RPG arc-en-ciel à Boké. Sinon, le RPG est le parti le plus fort à Boké. Mais, Magass est mauvais. C’est pourquoi, nous exigeons fermement son départ de notre préfecture pour la paix et la cohésion sociale. Le gouvernement n’a qu’à choisir donc entre une seule personne et Boké », a-t-il lancé devant les manifestants qui l’applaudissaient.

Interrogé à chaud, monsieur Alhassane Bangoura, un des manifestants également cités dans ledit rapport, se défoule : « nous ne sommes pas sortis pour nous attaquer à quelqu’un ou à un bien d’autrui. Mais, nous marchons pour montrer à l’opinion publique que nous avons marre de Siné Magassouba à Boké. Il a finit de diviser toutes les couches sociales ! Il a divisé les enseignants, il a divisé les femmes, les sages et il a complètement déstabilisé le RPG arc-en-ciel à Boké. Si vraiment le Président Alpha Condé veut encore gagner des élections à Boké, il n’a qu’à enlever Magass d’ici. Il va voir comment son parti va s’émanciper ici. Quelqu’un qui n’a pas été supporté par ses propres parents à Siguiri, il a été chassé à Kanfarandé, où peut-on s’entendre avec une pareille personne », a-t-il chargé, avant d’ajouter « si Alpha Condé aime Magass, il n’a qu’à l’enlever ici et nous envoyer un autre. Sinon, si nous le revoyons ici, il va regretter amèrement », a-t-il prévenu.

Pour sa part, le Préfet de Boké, Monsieur Aboubacar M’Bop Camara, qui s’est retrouvé devant l’impossibilité de dissuader le mouvement, malgré toutes les démarches nocturnes effectuées, a préféré ne pas apparaitre devant les manifestants. Il a donc envoyé un émissaire pour s’adresser à eux. « Monsieur le Préfet me charge de vous dire qu’il a pris bonne note de votre réclamation. Il vous remercie pour votre esprit pacifique. Il promet de la transmettre fidèlement à qui de droit », a rapidement transmis l’émissaire du Préfet, avant de s’éclipser.

Maintenant que les fils de Boké qui se sont sentis incriminés, ont exigé le départ de monsieur Siné Magassouba, accusé de plusieurs comportements jugés inadmissibles, il reste à observer dans l’avenir quelles seront les conséquences de cette affaire. Le gouvernement va-t-il céder devant la pression des protestataires pour prendre un acte remplaçant le DPE de Boké comme ils l’ont souhaité ou bien va-t-il trouver un dénouement pour calmer les nerfs et maintenir ce grand responsable farouchement fidèle au RPG arc-en-ciel dans la préfecture de Boké ? De l’un ou de l’autre cas, des véritables risques de vengeances sont à craindre dans les jours à venir entre les protagonistes.

De Boké, Mamadou Diouldé Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 622 671 242 / 666 952 215