Au-delà de nos concessions à Dubréka, nous avons renoncé à quatre sièges à Dixinn en faveur du PRG, cinq à Kindia, à Dixinn, à Matam, à Matoto… On a accepté les faux résultats contre lesquels on s’est battu pendant des mois : il y a eu des morts, des prisonniers détenus arbitrairement. Nous l’avons accepté pour la paix et pour la sortie de crise, a expliqué le président de l’UFDG à ses militants.

Comme chaque week-end, l’UFDG, principal parti de l’opposition guinéenne, a animé son assemblée générale ce samedi, 18 août 2018. La rencontre a été présidée par Cellou Dalein Diallo, entouré de plusieurs cadres de son parti, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Dans son discours de circonstance, Cellou Dalein Diallo a fait savoir à ses militants que ses concessions qui ont permis d’avoir l’accord politique du 08 août dernier ne se limitent pas à la mairie de la commune urbaine de Dubréka. Il a cité d’autres concessions comme le cas des communes de Dixinn, de Matam, de Matoto et même de Kindia. A en croire l’opposant, il a accepté de céder pour préserver la paix et sortir la Guinée de la crise dans laquelle elle est plongée depuis la publication des résultats des élections locales du 04 février dernier.

Décryptage !

Nous avons, pour l’intérêt supérieur de la nation, décidé de faire des concessions. C’est à chaque mouvance de régler ses problèmes. Nous ne commenterons pas les attitudes des extrémistes du RPG. C’est au RPG de régler, ils ont pris un engagement au nom de l’Etat, au nom du RPG, c’est à eux de gérer. Nous, nous gérons, en ce qui nous concerne, pour les concessions qu’on a faites. Mais, ne pensez pas que c’est seulement Dubréka qu’on a concédé. Nous avons 17 sièges à Dixinn, on nous a enlevé quatre, lors de la centralisation, pour les donner arbitrairement au RPG. Nous renonçons à ces sièges, c’est un sacrifice parce que nous sommes battus pour dire les vrais résultats ou rien. Mais, pour une sortie de crise, nous acceptons les 13 conseillers que la centralisation nous a attribués à tort. Nous l’avons fait et nous allons le gérer avec ceux qui étaient élus normalement et qui ne vont pas figurer sur la liste des conseillers.

Nous avons gagné à Kindia 22 conseillers sur 41. Nous allons renoncer à 5 conseillers pour nous contenter de 17 que la centralisation nous a donnés. C’est un sacrifice. A Matam, on a renoncé aux conseillers, à Matoto, on a renoncé aux conseillers. On accepte les faux résultats publiés et on renonce aux sièges qu’on nous a arbitrairement enlevés. C’est pour la paix et pour sortir de la crise. Il ne faut pas qu’on pense qu’on n’a concédé que Dubréka. On a accepté les faux résultats contre lesquels on s’est battu pendant des mois : il y a eu des morts, des prisonniers détenus arbitrairement. Nous l’avons accepté pour la paix et pour la sortie de crise parce qu’on a tendance à faire croire qu’on n’a renoncé qu’à Dubréka. A Dubréka, nous avons gagné 23 sièges sur 41. Nous n’avions pas besoin d’alliance pour composer l’exécutif, nous renonçons au poste de maire pour le RPG. Mais, on a l’impression que c’est le RPG qui a été brimé.

On est en train de nous dire que c’est le RPG qui a gagné à Kindia. Ils n’ont pas gagné, les citoyens de Kindia ont voté massivement pour la liste UFDG et on a écrasé le RPG. Ils ont pris l’argent d’Alpha Condé, ils ont bouffé et n’ont pas pu convaincre les citoyens qui ont voté pour nous. Et, ils sont en train de dire qu’ils ont gagné et qu’ils ne veulent pas. Ce n’est pas vrai. Nous avons gagné 22 conseillers sur 41 à Kindia, dans les urnes. C’est dans les centralisations qu’on nous a octroyés 17. On a accepté. Il ne faut pas qu’ils nous disent qu’ils n’acceptent pas. C’est de la foutaise ! Mais, c’est au RPG et à monsieur Alpha Condé de régler ces problèmes internes. Nous avons renoncé à tout cela pour la paix et pour sortir de la crise. On nous a rendu les quartiers et les communes rurales ; mais, on a perdu les conseillers dans les communes urbaines. On n’avait pas besoin d’alliés, ni à Kindia, ni à Dubréka et même à Dixinn, si la vérité des urnes avait été respectée.

Que chacun balaie devant sa porte. Nous ne nous mêlerons pas du débat entre les gens du RPG qui se disent insatisfaits parce que tout le butin n’a pas été emporté. Ils étaient obligés de rendre une partie du butin. Nous, nous avons renoncé à nos droits que le peuple de Guinée nous a donnés lors de ces élections. S’ils veulent, ils n’ont qu’à manifester pour faire triompher le mensonge, la fraude sur la vérité et sur le droit. C’est à eux de régler ; on a trouvé un accord ; et, lorsque l’UFDG s’engage, elle respecte ses engagements. C’est au RPG de faire en sorte que les engagements qu’il a pris soient respectés par ses structures et par ses militants. Nous ne nous mêlerons pas ».

Propos recueillis et décryptés par Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Guineematin