Une semaine après la rentrée scolaire, les cours ont repris de façon timide dans la plupart des écoles publiques de Conakry. Contrairement aux premiers jours pendant lesquels enseignants et élèves avaient brillé par leur absence dans les établissements scolaires, plusieurs professeurs ont repris le chemin des classes cette semaine.

Et les cours commencent à reprendre malgré la faible affluence des élèves, rapportent des journalistes de Guineematin.com qui ont fait le tour de certaines écoles publiques de la capitale ce jeudi, 11 octobre 2018.

La grève des enseignants appelée par le SLECG et qui a perturbé la rentrée scolaire de cette année est-elle en train de s’essouffler ? A cette question, les responsables du syndicat répondent sans hésiter par la négative, assurant que leur mot d’ordre est effectivement suivi dans tout le pays, à l’exception de quelques écoles. Mais, aujourd’hui, la situation semble changer sur le terrain.

Dans les écoles publiques de Conakry que nous avons visitées ce jeudi, 11 octobre 2018, on constate la présence de plusieurs enseignants contrairement aux premiers jours de l’année scolaire. C’est le cas notamment des écoles primaires, du collège et du lycée Kipé. Au lycée Kipé par exemple, les statistiques font état de 20 enseignants titulaires présents sur les 23 programmés et 25 contractuels.

Seulement 3 enseignants sur les 23 programmés n’ont pas répondu présent ce jeudi. Une situation satisfaisante pour les responsables de l’établissement scolaire qui regrettent cependant l’absence des élèves. Car, seulement 143 élèves sont allés à l’école ce jeudi, 12 octobre 2018, sur les 1 852 attendus. Malgré cette faible affluence des élèves, les cours ont repris dans cette école. On a trouvé certains enseignants en train de donner cours au peu d’élèves présents entre 8h et 10h.

La situation était quasiment la même au lycée 1er mars de Matam. Dans cette autre école publique de Conakry, le personnel d’encadrement et la plupart des enseignants programmés étaient présents ce matin. Mais, les élèves sont venus là aussi en petits nombres. Et, les responsables de l’établissement ont demandé aux enseignants de donner cours aux élèves qui viennent quel que soit leur nombre.

Au lycée, on a pu comptait une vingtaine d’élèves dans certaines salles de classes en train de suivre les cours de 8h-10 heures. Mais, le nombre d’élèves était beaucoup moins important au collège. Ce qui n’a pas empêché certains professeurs à dispenser leurs cours. Les responsables espèrent qu’avec cette reprise des cours, les élèves qui restent toujours à la maison vont enfin reprendre le chemin des classes.

Mais qu’est-ce qui pourrait expliquer la présence de plusieurs enseignants dans les écoles malgré le maintien du mot d’ordre de grève lancé par le SLECG ? Certains estiment que c’est la stratégie du gouvernement guinéen consistant à recruter des contractuels pour aller donner cours à la place des enseignants en grève. Cette stratégie aurait dissuadé certains professeurs à observer la grève par peur de perdre leurs postes au profit des contractuels.

Mamadou Laafa Sow et Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin