Le gouvernement guinéen et ses partenaires ont lancé les travaux de l’atelier portant sur l’appropriation, la signature et le lancement du Plan Cadre des Nations Unies pour l’Aide au Développement (PNUAD) 2018-2022, ce mercredi, 6 décembre 2017, dans un réceptif hôtelier de la capitale. L’objectif de ces deux jours de rencontre est de tirer les leçons des interventions du Système des Nations Unies au courant de l’année et de définir les orientations pour le démarrage du nouveau cycle programmatique 2018-2022.

La démarche vise à répondre aux attentes du Gouvernement dans la réalisation de ses priorités de développement en lien avec les Objectifs du Développement Durable (ODD) et les avantages comparatifs du Système des Nations Unies en Guinée, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Dans son discours de circonstance, madame Seraphine Wakana, coordinatrice résidente du Système des Nations Unies, a précisé que « cette rencontre s’inscrit dans l’optique de l’engagement du Gouvernement guinéen et des agences des Nations Unies à bien gérer en vue d’obtenir des résultats de développement de qualité ».

Pour madame Wakana, le plan cadre des Nations Unies d’aide au développement de la Guinée pour la période 2018-2020 « se veut dans un sens, un outil pratique qui régit de façon harmonisée, la contribution du Système des Nations Unies à l’amélioration du bien-être économique et social de la population guinéenne et l’atteinte des Objectifs de Développement Durable (ODD) », a-t-elle dit.

Parlant de l’importance que ce nouveau plan cadre revêt, madame la coordinatrice résidente du Système des Nations Unies a dit qu’il se distingue des précédents sur plusieurs points. « D’abord, il se distingue par son ancrage à la vision 2040 pour l’édification d’une Guinée émergente et prospère, maître de son destin, assurant un niveau élevé de bien-être à ses populations et garantissant l’avenir des générations futures. Une vision qui est matérialisée par le PNDES, 2016-2020 et le projet de société du Président de la République, une Guinée transformée, moderne et émergente. Il intervient aussi dans un contexte où la prise en compte des initiatives mondiales et régionales est devenue comme un impératif pour assurer un développement socio-économique harmonieux et durable. Cela nécessite des institutions démocratiques fortes, indépendantes, des hommes et des femmes en bonne santé, bien éduqués, évoluant dans un environnement socioéconomique favorable », a-t-elle ajouté.

De son coté, Hadja Mama Kanny Diallo, ministre du Plan et de la Coopération Internationale, a dit que cet atelier a pour objet de « partager les informations en vue d’une meilleure compréhension par tous les acteurs des priorités et des résultats attendus des programmes de coopération entre la Guinée et les Agences du Système des Nations Unies, en mettant en exergue les faiblesses et contraintes afin d’apporter les solutions idoines », a-t-elle expliqué.

Selon madame la ministre Kanny Diallo, cette rencontre se focalisera sur « l’analyse critique du fonctionnement de l’équipe Pays face aux nouvelles réformes du Système des Nations Unies, d’une part ; et, des modalités stratégiques de mise en œuvre, d’autre part. C’est pourquoi, je voudrais vous inviter à examiner de manière spécifique : le bilan de la mise en œuvre des recommandations de la retraite annuelle 2016, les leçons apprises de la mise œuvre du Programme conjoint de Kankan, les défis à relever pour la mise en œuvre du prochain PNUAD dans l’esprit Unis dans l’action et les priorités pour l’année 2018 », a-t-elle cité.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments