Demain, lundi 14 mai 2018, l’opposition républicaine entamera une nouvelle série de manifestation avec une journée ville morte dans la capitale guinéenne. Si les citoyens de Conakry, Kindia, Dubréka et Manéah vivent aujourd’hui avec beaucoup d’appréhension, c’est à cause des perturbations et troubles qui ponctuent le plus souvent les journées villes mortes et des manifestations.

En attendant, un reporter de Guineematin.com a essayé de comprendre les dessous de cette détermination inhabituelle des partisans de l’UFDG et Cie.

Comme on le sait, depuis la publication des résultats des élections locales du 04 février dernier, Cellou Dalein Diallo et ses compagnons exigent « la publication des vrais résultats », tout en publiant des preuves de manipulation en faveur du RPG arc-en-ciel. Visiblement excédé par cette triche électorale dont elle a réussi à extraire des preuves, la principale formation politique de l’opposition guinéenne ne veut pas du tout se laisser faire, après avoir concédé des défaites successives depuis 2010 avec des fraudes plus ou moins avérées. Surtout à deux ans de l’élection présidentielle de 2020, sans compter les velléités d’une modification de la constitution pour éventuelle offrir un 3ème mandat (bien qu’anti constitutionnel) au président Alpha Condé.

Pourtant, le RPG arc-en-ciel entend défendre avec bec et ongle une certaine ascension électorale, même critiquable. Et, loin derrière ces deux grandes forces politiques du pays, traîne l’UFR qui continue sa chute vertigineuse, risquant même de se voir malmenée par le Bloc Libéral, l’un des derniers-nés politiques qui s’est déjà adjugé la quatrième marche politique de la Guinée.

Bref, concernant les contentieux actuels, les réclamations de l’UFDG portent sur neuf (9) communes pour un total de 255 bureaux sur 15 573. Ce sont les communes de Dixinn, Matam, Matoto et Ratoma à Conakry ; les communes urbaines de Dubréka et de Kindia ; ainsi que les communes rurales de Mafara (Dalaba), de Kindoye et de Bissikirima (Dabola). Deuxièmement, c’est la première fois, dirait-on, avec preuve, que Cellou Dalein Diallo a fait une grande percée dans des endroits qui ne lui étaient jusque-là pas favorables.

A l’analyse des résultats, plusieurs constats se dégagent : Dans la commune de Matoto par exemple, l’UFDG a obtenu 6 746 voix contre 3 013 pour le RPG arc-en-ciel. Mais, il ressort que le résultat publié par les CACV fait perdre à l’UFDG 1 conseiller et 2 quartiers (Kissosso et Dabondy 1).

A Dixinn, si on compare les résultats des procès-verbaux issus des bureaux de vote à ceux donnés par ceux donnés par la Commission de centralisation des votes (CACV, accusée de manipulation), on se rend compte que l’UFDG a perdu 4 conseillers ; 7 quartiers (Belle-Vue Marché 2, Dixinn Gare, Dixinn Centre 2, Minière Cité, Hafia Minière, Centre 1, Hafia 3 et Camayenne).

Dans la commune de Matam, la centralisation des résultats a fait perdre à l’UFDG 2 665 voix à la CACV, tandis que les résultats du RPG arc-en-ciel ont encore été majorés de 1 024 voix. Le résultat final du RPG devrait être diminué de 1 024 voix. Ainsi, le préjudice subi par son challenger, l’UFDG, est de 3689 voix (2665 + 1024). Une correction de cette fraude permettrait à l’UFDG de récupérer 2 conseillers et 6 quartiers : Carrière Centre, Madina Centre, Madina Mosquée, Boussoura, Matam et Coléyah Centre.

Egalement à Kindia également, il ressort que l’UFDG perd 122 voix si on s’en tient à ce qu’a voulu dicter la CACV, tandis que les résultats du RPG sont majorés de 2548 voix. Des tableaux A et B, il ressort que l’UFDG a perdu 4017 voix (3895 + 122) qui devrait être réintégré dans le résultat final de l’UFDG. Le RPG a perdu 1 067 voix et a été majoré de 2 548 voix. Donc, le résultat final du RPG devrait normalement être diminué de 1 481 voix (2 548 – 1 067). Ainsi, le préjudice subi par l’UFDG est de 5498 voix (4017 + 1481). La correction permettra à l’UFDG de récupérer : 5 conseillers ; un quartier (Garanguéleyah) et un District (Bocariah).

Dans la commune Urbaine de Dubréka, le constat montre que l’UFDG a subi un préjudice de 7 327 voix (1 837 +5 875 – 385) par rapport au RPG. La correction de ce préjudice lui permettrait de récupérer : 5 conseillers et 4 quartiers (Kirikéran, Tangan, Néguéyah et Tobolon).

A rappeler que sur la base des procès-verbaux dont nous vous proposons copies, cu-dessous, le principal parti de l’opposition guinéenne totalise 80 sièges contre 46 pour le parti au pouvoir. Sans compter que sur les 7 capitales régionales, l’UFDG a remporté 4 (Boké, Kindia, Mamou et Labé). Par contre, le RPG a gagné à Kankan, son fief traditionnel et à N’Zérékoré. A Faranah, la liste indépendante a pris le dessus.

Au regard de ces résultats, d’aucun estiment que le pouvoir se verrait humilié s’il acceptait le les vrais résultats, d’où ce duel entre ces deux plus grandes formations politiques et qui nous conduit donc à la reprise des manifestations par la journée « ville morte » de demain, lundi, 14 mai 2018, à Conakry, Kindia, Dubréka et Manéah.

Guineematin.com vous propose de télécharger ce Rapport synthèse

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Guineematin