Les encadreurs de l’éducation dans la préfecture de Labé sont confrontés à un manque de salles de classe au niveau du secondaire pour l’organisation des cours de rattrapage au sortir de la récente grève générale des enseignants qui a paralysée l’école guinéenne pendant près d’un mois, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Cette difficulté a été révélée à la presse locale par le chef de la section pédagogique près de la Direction Préfectorale de l’Education (DPE) de Labé, Abdourahmane Baldé, suite à une réunion de concertation des encadreurs de l’éducation de la préfecture organisée à l’Amphithéâtre du Centre de Formation Professionnelle.

« Nous avons pris un certains nombre de dispositions pour rattraper les cours perdus et en même temps nous avons envisagés la mise en place d’un dispositif d’encadrement des candidats aux examens nationaux » a-t-il indiqué.

Ainsi, le calcul des encadreurs de l’éducation de la préfecture de Labé montre qu’au niveau de l’élémentaire le nombre de jours perdus est de 23. Là les dispositions envisagées est de mettre à profit les 7 jours de congé de pâque. Il est aussi question d’élaborer un emploi de temps spécial incluant pour que les écoliers fassent cours le jeudi comme les autres jours ordinaires.

C’est au niveau de secondaire que la situation est plus compliquée, parce qu’il y a beaucoup d’établissements qui font cours matin et soir avec le même personnel, faute de salles de classe. Mais, une analyse fait croire aux autorités de l’éducation de Labé que les cours perdus lors de la récente grève des enseignants peuvent se rattraper en utilisant les autres jours fériés en plus des 7 jours du congé de pâque et en faisant une prolongation de 2 heures par jour.

Pour la Direction Préfectorale de l’Education (DPE) de Labé, après un mois perdu, les enseignants doivent retrousser leurs manches pour faire correctement leurs cours et accepter toutes les mesures ici énumérées.

Par ailleurs, les autorités locales de l’éducation rappellent qu’il y va de l’intérêt de tout le monde que les élèves acceptent de venir à l’école et de suivre les cours quelque soit l’heure placée.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin