Aliou Condé, SG de l'UFDG

Aliou Condé, SG de l’UFDG

« Nous avons été aux affaires ! Ce qu’on dit, ça existe depuis que le gouvernement de Conté a existé. Ce n’est pas au temps d’Alpha Condé. Demander la situation des ambassades. Toutes les ambassades fonctionnement sur la même chose. Les finances envoient l’argent, on partage et on renvoie la part du ministère des Finances et celle du ministre », a révélé à Guineematin.com l’honorable Aliou Condé, secrétaire général de l’UFDG. C’était lors d’une interview avec nos reporters avant-hier, lundi 18 avril 2016, à son bureau, au QG de l’UFDG, à Hamdallaye.

Par ailleurs, le secrétaire général de l’UFDG s’en prend aux Directions des Affaires Financières des différents départements ministériels : « Allez voir tous les DAF des ministères.  J’ai été en prise avec tous les DAF. J’ai fait 10 ans dans les ministères, huit ans comme secrétaire général d’Elhadj Cellou, deux ans ministre des transports ! Demandez à nos DAF, on les a renvoyés et on a changé trois fois de DAF. On n’a jamais accepté cela car la pratique est connue », a-t-il soutenu.

S’agissant du mode de fonctionnement des ministères de tutelles et du partage des fonds, Aliou Condé explique : « Voilà comment ça fonctionne : vous avez les crédits du ministère, on va chercher un fournisseur, on s’entend avec le ministère des Finances qui envoie une mission de service pour constater que le service a été fait. Ils viennent dire oui, toutes les fournitures ont été livrées. Donc, c’est ce service fait qu’on joint aux pièces. Ça va au circuit financier et on paye. Le jour où le fournisseur reçoit le chèque, il va au trésor où à la banque et il encaisse. Il sort l’argent et c’est diviser en trois parties. Une part pour lui, une part pour le ministère des Finances et une part pour le ministre. Vérifiez n’importe quel ministère aujourd’hui, je les mets au défi, vous trouverez ces pratiques et ça c’est depuis le temps de Conté », a-t-il expliqué.

S’agissant de la responsabilité du Président Alpha Condé sur cette situation, Aliou Condé accuse : « La plus mauvaise graine du temps de Conté, ils sont partis avec le Président Alpha Condé », a-t-il accusé.

Par ailleurs, Aliou Condé a essayé d’expliquer que l’acharnement contre son patron, Cellou Dalein Diallo est dû à sa rigueur dans la gestion. « Il nous a dénoncé qu’on a volé l’argent, Cellou a volé de l’argent. A qui d’entre vous les journalistes, on a montré une pièce à conviction ? Pourquoi les anciens du régime de Conté en veulent à Cellou ? C’est cette rigueur qu’on a appliqué. On a refusé de rentrer dans ces pratiques. Et, aujourd’hui, les pratiques au temps de Conté sont amplifiées par dix ou par mille. Dans n’importe quelle institution républicaine, allez-y, c’est comme ça que ça se passe. Conséquences ? Caisse unique de l’Etat. On a tout mis là-bas et aujourd’hui, la caisse unique est vide. Il n’y a plus rien. PPTE qui nous aidait à ne pas rembourser la dette, mais à garder l’argent pour nous développer, où se trouve cet argent ? Le pays est en déconfiture sur la situation économique et financière. C’est comme ça que la Guinée fonctionne. Et, tant qu’on ne corrigera pas ça, et vous ne pouvez le corriger que par l’exemple. Que le premier responsable donne l’exemple de la bonne gouvernance. Qu’il ne passe pas des marchés gré à gré parce que le code des marchés est une loi de la République qui explique comment les choses doivent se passer. Si les choses passent comme ça, il y a l’agent de régulation qui vérifie, qu’on regarde si tout se passe bien, vous vous rendrez compte. Le pays va être tout de suite redressé. Vous ne pouvez pas dire aux gens ‘’ne volez pas et vous, vous volez’’. Il faut qu’on arrête à partir de la haut. », a dit monsieur Condé.

Enfin, le secrétaire général de l’UFDG, Aliou Condé, a fait savoir que tant que le gouvernement pense que museler l’opposition- et l’UFDG en particulier- est la solution, le pays n’avancera pas ! « Il faudrait que les lois de la République s’appliquent à tous les citoyens et qu’on laisse l’UFDG, qu’on laisse l’opposition s’épanouir. Un pays qui est en crise permanente ne se développe pas », a notamment fait remarquer l’honorable Aliou Condé.

Entretien décrypté par Mamadou Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

 

Facebook Comments