Depuis le lendemain des élections communales du 4 février dernier et la rencontre surprise, dès le lendemain de ces élections, entre le chef de l’Etat, le professeur Alpha Condé et son Haut représentant (!), monsieur Sidya Touré, la côte de ce dernier ne fait que monter auprès du locataire du palais Sékhoutouréya, malgré sa débâcle parce qu’on sait que l’UFR n’a remporté aucune victoire dans les centres urbains, même pas à Boffa, sa ville d’origine !

Alors, pour se refaire une santé, il a promis « d’offrir » au RPG arc-en-ciel ses conseillers élus, se contentant de miettes au niveau des communes rurales et des récompenses « du diable ».

Selon une source proche du palais, les deux hommes sont en train de mettre en place une stratégie pour affaiblir l’opposition guinéenne et notamment son chef de file, Cellou Dalein Diallo, dans les autres communes où il n’est pas majoritaire.

C’est pour quoi, malgré la grogne des jeunes de l’UFR, le samedi passé, 17 février 2018, au siège du parti à Matam, Sidya Touré serait en train (à la demande d’Alpha Condé) de renverser la situation en sa faveur. Hier, mercredi, il aurait reçu les jeunes de son parti ; et, aujourd’hui, jeudi, les conseillers élus lors de ces élections locales et les membres du Bureau politique, loin des caméras et dictaphones de la presse.

Au reporter de Guineematin.com qui s’est pointé sur les lieux, on a expliqué qu’aucun journaliste n’est autorisé de couvrir la rencontre pourtant importante en cette période de négociations pour les alliances entre partis politiques ou coalitions de partis politiques et même les indépendants pour l’élection des nouveaux exécutifs communaux.
A la fin de ce processus, un remaniement ministériel pointe à l’horizon et il y a de la place pour les courtisans ; et, c’est au plus zélé que reviendront les places d’honneurs…

Sidya Touré, selon nos sources, croit dur comme fer pouvoir s’offrir des postes ministériels pour les membres de son parti. Quant à lui, il se contenterait d’une cagnotte et des privilèges, dans l’espoir que le chef de l’exécutif guinéen pensera à lui au moment de la passation de pouvoir à la fin de son mandat.

Et, si le cas échéant M. Condé voudra d’un troisième mandat, Sidya Touré va l’accompagner même si les cadres de son parti qui n’auront pas été postés ne seront pas contents.

Le patron de l’UFR lorgnerait aussi l’électorat de la Haute Guinée au cas où le chef de l’Etat ne parviendrait pas à convaincre ses partisans de l’accompagner à briguer un troisième mandat.

Donc, Sidya Touré voit non seulement sa côte de popularité grimper, mais aussi investi d’une mission cette fois périlleuse. Aider le président Alpha Condé à obtenir le maximum de communes à son risque et péril ou refuser de jouer le jeu et « mourir » à petit feu.

A suivre !

Facebook Comments

Guineematin