Elhadj Diouma

Elhadj Abdoulaye Diouma Diallo

Demain, vendredi 31 août 2018, marquera le centième jour depuis la prise de fonction d’Ibrahima Kassory Fofana comme 3ème Premier ministre de l’ère Alpha Condé. Une occasion de tirer un premier bilan de l’action du chef du gouvernement guinéen. Un bilan plutôt décevant aux yeux de l’honorable Elhadj Abdoulaye Diouma Diallo, député de l’UFDG et un des vice-présidents de l’Assemblée nationale.

Décryptage !

De mon point de vue personnel, il faut dire globalement que le bilan des 100 jours est plutôt décevant. Les déclarations et engagements pris laissaient espérer qu’il allait s’engager tout de suite à œuvrer en vue de détendre le climat social et politique et pour améliorer la gouvernance économique et financière du pays. Ce n’est peut-être pas de sa faute.

Le premier engagement qui est le plus important et qui ferait à mon avis la différence entre lui et ses prédécesseurs, c’est de promouvoir le dialogue social. On a vu ce qu’il en a été. Il a voulu résoudre le contentieux électoral ; mais, il n’est pas allé jusqu’au bout.

S’agissant des négociations qu’il a eues avec les forces sociales pour la hausse du prix du carburant à la pompe, on est obligé d’admettre que le gouvernement a simplement réussi à étouffer les revendications. De toute façon, cette décision avait été mal préparée. Les acteurs sociaux n’avaient pas été préalablement consultés. Un peu partout dans le monde, les citoyens tiennent à être associés dans la prise des décisions affectant leur vie.

Elhadj Abdoulaye Diouma Diallo

Elhadj Diouma Diallo

L’opinion a aussi suivi les menaces qu’il a proférées en utilisant une formule quelque peu rebutante en disant qu’il préfère l’ordre à la loi, mettant donc une opposition entre l’ordre et la loi. Aucune personne responsable ne peut être contre l’ordre ; mais, nous voulons un ordre fondé sur l’exercice des responsabilités et des libertés aussi bien par les personnes nanties de pouvoir que par les citoyens.

Il s’était engagé également à moraliser la vie publique, à lutter énergiquement contre la corruption. Au lendemain même de sa nomination, on a vu que deux dossiers ont été soulevés et que deux responsables d’établissements publics ont été interpellés ; mais, c’est tout. On ne sait pas où en sont leurs dossiers.

Kassory avait dit également qu’il interdirait aux membres du gouvernement et aux cadres de l’administration de parrainer des « mamayas » et autres manifestations ; mais, tout le monde a regretté qu’il n’ait pas donné l’exemple parce qu’on l’a vu en Haute Guinée parrainer une « mamaya » à Kankan. Donc, c’est tout à fait le contraire de ce qu’il avait promis.

Il avait insisté dans son discours de politique générale devant l’Assemblée nationale d’œuvrer pour l’amélioration de la gestion des finances publiques. Nous avons reçu dernièrement la Loi de Finances Rectificatives (LFR) qui comporte une baisse drastique des recettes attendues prévues par la Loi de Finances initiale. Nous n’avons pas l’impression que sous l’impulsion du Premier ministre, le gouvernement est en train de fournir des efforts pour renflouer les caisses de l’Etat à travers une plus grande mobilisation des recettes fiscales et une réduction significative des exonérations.

Au cours de sa récente visite en Haute Guinée, le Premier ministre Kassory a déclaré que les contreperformances du gouvernement sont dues aux marches que les hommes politiques organisent en occultant le fait que c’est bien parce que le gouvernement viole continuellement la constitution et les lois de la République que l’opposition politique est obligée d’organiser des manifestations pacifiques.

Enfin, Kassory Fofana a aussi encensé le pouvoir actuel pour ses réalisations en discréditant les gouvernements qui l’ont précédé. Il oublie là aussi que les routes et ponts qui lui ont permis de faire le tour de la Haute Guinée entre Kankan, Siguiri et Kouroussa sont des réalisations de la gouvernance du général Lansana Conté dont il était l’un des plus grands ministres.

C’est pourquoi je dis que globalement, les actions menées et les propos tenus par le Premier ministre durant ces 100 premiers jours sont décevants.

Propos recueillis et décryptés par Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Guineematin