Mohamed Lamine Touré

Les examens nationaux de cette année sont prévus du 18 juin au 09 juillet. Selon le Directeur Préfectoral de l’Education (DPE) de Dubréka, sa préfecture présente 11 326 candidats au Certificat d’Etudes Elémentaires (CEE), 8 371 candidats au Brevet d’Etudes du Premier Cycle (BEPC) et 4 744 candidats au Baccalauréat unique session 2018, a appris Guineematin.com, à travers son envoyé spécial.

Selon Mohamed Lamine Touré dit « Kounda », DPE de Dubréka, les établissements scolaires de sa préfecture sont déjà prêts à affronter ces examens nationaux. Pour lui, tous les centres devant recevoir les candidats sont prêts, les photos et les listes des candidats aussi ont été établies. « Globalement, au CEE, nous avons 11 326 candidats dont 5 448 filles ; au BEPC, nous avons 8 371 candidats dont 3 498 filles ; et, au Baccalauréat unique, nous avons 4 744 candidats. Les centres sont établis en fonction des examens. A l’entrée en 7ème année, nous avons 42 centres d’examens, et il y aura 2 surveillants pour 30 élèves. Au BEPC, nous avons 25 centres ; et, au BAC, nous avons 19 centres », a préciser monsieur Mohamed Lamine Touré.

Mohamed Lamine Touré

Seulement, rappelle le DPE de Dubréka, le changement de ministre à la veille des examens a entraîné quelques difficultés, notamment le retard dans l’organisation de l’atelier préparatoire en prélude à ces examens. « Vous savez, lorsqu’un changement intervient, pour enclencher le nouveau, on a toujours des goulots d’étranglements. Nous avons eu d’abord des difficultés dans la mise en œuvre du processus des examens. Les difficultés étaient aussi qu’il y a eu un retard de déblocage des fonds à tous les niveaux avant la mise en œuvre du nouveau Gouvernement. Il y avait des activités qu’on devait réaliser depuis très longtemps pour tenir le délai du 18 juin ; mais, ces activités-là n’ont pas été réalisées à cause du changement intervenu au niveau du département. Il faudrait que le ministre entrant vienne s’informer des dispositions antérieures prises par son prédécesseur et voir si cela cadre avec les objectifs du temps parce que l’administration est une continuité. C’est à cause de ce goulot d’étranglement-là que nous sommes perplexes quant à la tenue réelle des examens à la date préalablement fixée pour le CEE », a-t-il expliqué, précisant que sa commune n’a jusque-là pas tout le matériel pour les examens, notamment les cahiers de brouillon.

Enfin, le DPE de Dubréka a demandé un accompagnement des parents d’élèves, afin que ces examens nationaux se déroulent dans les meilleures conditions. « Je demande aux élèves de continuer de respecter la notion fondamentale que nous essayons de respecter ; c’est la tolérance zéro ! Un examen sans fraude. C’est cela qui nous permet de parfaire notre éducation, c’est cela qui permet d’avoir des produits de qualité pour le marché de l’emploi et pourquoi pas un enseignement de qualité pour une Guinée émergente ».

Entretien réalisé à Dubréka par Ibrahima Sory Diallo, envoyé spécial de Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Guineematin