Comme nous l’annoncions précédemment, le parti au pouvoir a tenu son assemblée générale hebdomadaire à son siège à Gbessia-aéroport ce samedi, 21 juillet 2018. Présidée par Sékou Tostao Kandé, cette réunion politique a été dominée par l’installation des exécutifs communaux et du débat au tour de la nouvelle loi sur la CENI, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Bangaly Camara

Selon Bangaly Camara, ancien maire de Kankan, aujourd’hui, il y a une impérieuse nécessité d’installer les exécutifs communaux. « Vous savez, notre pays est régi par des systèmes de décentralisation. C’est-à-dire que l’Etat se débarrasse de certains de ses pouvoirs pour les transférer à la base, c’est pourquoi les élections communales et communautaires ont été organisées. Alors, depuis ces élections, il fallait obligatoirement installer les bureaux exécutifs qui sont chargés de la gestion de leur commune. Alors, depuis longtemps, ces exécutifs communaux n’ont pas été installés. A la bonne nouvelle donc, le Gouvernement a pris la décision de procéder immédiatement à l’installation des conseils communaux ; c’est-à-dire, les maires, les maires adjoints, etc. Certains ne sont pas d’accord ; mais, nous, en tant que parti au pouvoir, nous soutenons fermement la décision du Gouvernement. Nous soutenons l’installation des conseils communaux, même si c’est demain, le RPG est prêt. Ce que nous allons seulement ajouter, c’est de dire aux camarades que tout le monde peut être maire. C’est pourquoi, le RPG n’a pas mis de tête de liste. Donc, quand les délégués viendront, que chacun mette de l’eau dans son vin pour que tout se passe bien et que le parti gagne », a-t-il souhaité, précisant que les contradictions ne doivent pas supplanter les vrais problèmes du parti.

Lansana Komara

Abondant dans le même sens, Lansana Komara a invité les militants et responsables d’accepter les alliances puisque seules les alliances permettront au RPG Arc-en-ciel de gérer des communes où il n’est pas majoritaire. « Nous devons d’abord, dans certaines communes, négocier sérieusement avec les alliés. Vous devez vous impliquer pour favoriser cette négociation avant que les élus ne soient dans la salle. Nous demandons à tous, parce que chacun peut un peu, chacun n’a qu’à jouer son rôle pour essayer d’influencer de son côté. C’est extrêmement important ! Donc, ne rejetez pas les alliances parce que vous n’allez pas gagner partout. Avec les alliances, vous allez gagner, acceptez donc les alliances dans les communes où vous n’êtes pas vraiment dans les bonnes positions. Dans certaines communes, vous verrez aussi trois ou quatre candidats pour un seul poste… Encore une fois, vous avez un grand rôle à jouer pour ramener les uns et les autres à une même position. Que l’on accepte l’autre ; sinon, si tous ces quatre-là se présentent, même s’il se trouve que nous avons gagné à 100% la commune, nous risquons de perdre la commune », a notamment demandé le ministre Komara.

Sékou Tostao Kandé

S’agissant de l’adoption de la loi sur la CENI, Sékou Tostao Kandé a dit que le problème de cette institution a toujours été à l’ordre du jour dans les débats politiques. Mais, après l’adoption cette loi, monsieur Kandé dit espérer que le débat sera désormais clos sur ce sujet. « Le nombre de conseillers a été revu à la baisse ; de 25, on est revenu à 17. Les 17 conseillers sont les suivants : un (1) pour l’administration, deux (2) pour la société civile, sept (7) pour les partis de l’opposition et sept (7) pour le parti au pouvoir. Pourquoi la CENI a été réorganisée comme ça ? C’est pour qu’elle soit très technique. Pour être membre de cette CENI, il faut avoir participé à deux élections majeures, voilà la rénovation. Et, je suis sûr que la CENI-là sera capable de publier rapidement les résultats des élections sans contestation », a ajouté monsieur Kandé.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Guineematin