« C’est vrai qu’ils ont retrouvé ces documents et lingots à mon domicile. Mais, cela n’était pas, destiné à faire du tort à autrui. Depuis que je suis en Guinée, personne ne peut me dire que je lui ai causé du tort », s’est défendu Ndu John Ikechukwu, alias « John Alberto Braima » face au tribunal correctionnel de Dixinn.

Un citoyen nigérian a comparu hier, mercredi 19 septembre 2018, devant le TPI de Dixinn. Ndu John Ikechukwu, alias « John Alberto Braima » est poursuivi pour détention de faux diamants et de lingots d’or mais aussi de faux documents et de cachets administratifs, a appris sur place Guineematin.com à travers un de des reporters.

Le Nigérian, Ndu John Ikechukwu a été arrêté et placé sous mandat le 16 juillet 2018 à la suite d’une enquête menée par les services de sécurité guinéens. Au cours de cette enquête, les agents ont effectué une perquisition à son domicile situé dans le quartier Kipé, le 02 février 2018. Sur place, ils ont trouvé de faux diamants, de l’or, deux passeports et de cachets administratifs.

Pour ces faits, le prévenu a comparu hier, mercredi 19 septembre 2018, devant le tribunal correctionnel de Dixinn. A la barre, il a reconnu avoir détenu ces pierres précieuses et documents mais précise que cela n’a pas porté préjudice à qui que ce soit. « C’est vrai qu’ils ont retrouvé ces documents et lingots à mon domicile. Mais, cela n’était pas, destiné à faire du tort à autrui. Depuis que je suis en Guinée, personne ne peut me dire que je lui ai causé du tort », s’est défendu Ndu John Ikechukwu.

Une version appuyée par maître Abdoul Aziz Barry, l’avocat du prévenu. Ce dernier reconnaît aussi que son client détenait les lingots et les documents pour lesquels il est poursuivi. Mais, il a demandé au tribunal de le condamner à une peine assortie de sursis « au cas où il y aura condamnation ».

De son côté, le procureur de la République près le tribunal de première instance de Dixinn, monsieur Alhadi Barry, a demandé que les documents accordé à Ndu John Ikechukwu, alias « John Alberto Braima » soient détruits, en faisant constater au tribunal que les cachets et les passeports n’ont pas été utilisés. « Il n’a pas fait usage de ces documents. L’acte n’a pas été réalisé même si l’intention était là. Donc, je demande au tribunal d’ordonner la destruction de ces documents et des faux lingots. Pour la peine, je vous prie de le condamner à 5 ans d’emprisonnement avec sursis et au payement d’une amende de 5 millions de francs guinéens », a requis le procureur.

A la fin de cette journée d’audience, notre reporter a appris que le tribunal rendra son verdict sur cette affaire le 27 septembre.

A suivre !

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel: 654 416 922/664 413 227

Facebook Comments

Guineematin