L’Union des Forces Républicaines (UFR) a tenu son assemblée générale hebdomadaire ce samedi 24 mars 2018 à son siège à Matam. Présidée par l’honorable Ibrahima Bangoura, la séance a mobilisé plusieurs cadres, militants et sympathisants du parti. La rencontre a porté essentiellement sur la situation sociopolitique de la Guinée, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Dans sa communication, le président de la séance à fait savoir que les jeunes ont commencé à s’absenter à l’assemblée générale, alors qu’ils avaient promis de participer massivement à la séance. « Les jeunes avaient fait une promesse lors d’une assemblée générale ici, qu’ils vont faire une très grande mobilisation à chaque fois qu’il y a l’Assemblée générale. Mais, nous voyons qu’ils ont commencé à faiblir. Donc, il fallait les exhorter afin qu’ils continuent, surtout respecter la promesse qu’ils avaient prise », a-t-il fait savoir.

Quant aux résultats des élections locales du 04 février dernier, le député a réitéré la position du parti. « Samedi passé, le président Sidya Touré est passé ici pour développer ce point, c’est ce que j’ai repris. Il a dit que la manière par laquelle ces élections se sont passées a été catastrophique pour nous, à cause de la fraude. Nous avons connu une fraude massive dans certaines circonscriptions, notamment à Matam. Donc, nous ne pouvons pas reconnaître ces résultats, compte tenu de ce que nous avons vécu », dit-il.

À la question de savoir ce que compte faire le parti, le président de la séance répond : « vous savez, il y a plusieurs façons de manifester son mécontentement. Il ne s’agit pas de sortir chaque fois dans la rue ou bien insulter, pour dire qu’on n’est pas d’accord. Je pense que cela suffit. Nous sommes allés mener des actions pour ne pas que les résultats qu’on a publiés nous soient défavorables ».

Pour ce qui est des manifestations de rue dans lesquelles s’est inscrite l’opposition républicaine, l’honorable Bangoura donne des conseils à tous les acteurs. « Les manifestants doivent s’empêcher de toute violence, comme l’administration aussi, doit s’en empêcher. C’est ça notre position. Vous vous souviendrez que l’UFR était dans les manifestations, lorsqu’on était dans l’opposition républicaine. Nous avons quitté l’opposition républicaine, nous sommes toujours dans l’opposition, mais nous avons dit que nous ne manifestons pas comme cela. En tout cas, pas dans ce sens là pour qu’il y ait des violences, des débordements. Nous avons vu ce qui s’est passé dans les pays qui nous entourent. C’est comme cela que ça a commencé dans la plupart des pays où il y a eu la guerre civile », a expliqué Ibrahima Bangoura.

Il a enfin demandé à ce que les guinéens sachent raison gardée pour empêcher qu’il y ait dérapage. « Aujourd’hui, la situation est telle que chaque guinéen doit penser à ce que la Guinée sera demain. Le développement ne va pas avec la violence ».

Mamadou Laafa Sow pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin