Le comité de suivi de l’accord politique d’octobre 2016 s’est réuni ce mardi, 14 août 2018, au ministère de l’administration du territoire. Toutes les parties prenantes ont répondu présent à cette 25ème session qui n’a pas pris plus d’une heure à cause des avancées enregistrées dans la gestion du contentieux électoral, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Autour du ministre Boureima Condé, on notait la présence des représentants de l’Union Européenne, des députés Amadou Damaro Camara (RPG Arc-en-ciel), Cellou Baldé (UFDG) et Dr Deen Touré (UFR). Le huit clos a permis aux différents acteurs de revenir sur les avancées enregistrées tant sur le contentieux électoral que sur l’audit du fichier électoral, l’indemnisation des victimes de pillages et la libération des militants de l’UFDG incarcérés suite aux violences postélectorales.

Pour le ministre de l’administration du territoire, on ne peut que se féliciter d’avoir su résoudre les problèmes entre guinéens. « Les acteurs politiques se sont compris, se sont entendus et l’ont fait comprendre. Je m’en réjouis fortement. Mais, la Guinée reste ce qu’elle a été, une nation de paix, de cohabitation pacifique et d’unité nationale. C’est ce qui a prévalu aujourd’hui à cette 25ème session. Vous avez suivi la signature d’accords entre formations politiques et je suis heureux aujourd’hui. Je crois qu’il y a matière à satisfaction, la solution sur le contentieux électoral est trouvée », a dit le général Boureima Condé.

Selon le ministre, la prochaine étape va consister à la poursuite de « l’audit du fichier électoral, la redynamisation des prescriptions budgétaires pour les indemnisations, la requête pour l’élargissement des prisonniers. Là, quand on s’adresse à la justice, on vient en termes de doléances, on ne vient pas avec des injonctions… La machine avance à merveille ».

Par ailleurs, le général Boureima Condé a fait que « nous allons très bientôt être sur le terrain, mettre en place les conseils communaux parce que notre pays a souffert de l’absence de la communalisation dans le pays. Quand les élus ne travaillent pas, le développement à la base est absent. Aujourd’hui, ce travail est fortement élagué et dans les tout prochains jours, et tout le monde est d’accord là-dessus, nous viendrons mettre en place les conseils communaux ».

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél 628 17 99 17

Facebook Comments

Guineematin