Le phénomène d’insécurité est plus que jamais d’actualité ces derniers jours en Guinée, suite à la découverte d’Elhadj Doura Diallo, qui est décédé dans les mains d’un groupe de bandits présumés qui l’avait pris en otage. Et cette question ne laisse pas indifférents les responsables de l’UFR. Lors de l’assemblée générale du parti ce samedi 12 mai 2018, Boubacar Barry, vice-président de la formation politique, a regretté la tournure que prend l’insécurité en Guinée, et appelé à une mobilisation générale pour y faire face, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Jusqu’à un passé récent, quand on parlait d’insécurité en Guinée, on pensait tout de suite à des cas de vol, des attaques à mains armés, des cambriolages et des assassinats entre autres. Mais, ces derniers temps, le phénomène prend une nouvelle tournure avec des cas de kidnapping qui deviennent de plus en plus récurrents. Le cas le plus illustratif est celui d’Elhadj Abdourahmane Diallo, communément appelé Elhadj Doura, enlevé le 05 décembre 2017 et dont le corps a été retrouvé cette semaine.

Boubacar Barry, vice-président de l’UFR

Avant lui, plusieurs autres cas d’enlèvements avaient eu lieu à Conakry, et dont les victimes ont parfois payé des sommes importantes d’argent pour être libérées. Cette nouvelle forme d’insécurité, préoccupe l’Union des Forces Républicaines (UFR). « Il est clair que le grand banditisme prend une nouvelle tournure dans notre pays. Ce sont des pratiques qui n’étaient pas très connues chez nous. Mais depuis quelques temps, on observe que cela émerge au niveau de notre pays », a déploré Boubacar Barry, vice-président de l’UFR.

Face à cette situation qui inquiète le parti de Sidya Touré, l’UFR appelle à la vigilance des forces de sécurité et au concours de la population : « Il revient aux forces de sécurité de s’adapter à ces nouvelles techniques de ce grand banditisme, et aussi à chacun des citoyens de prendre conscience du danger qui entoure le phénomène d’insécurité, et de s’engager résolument en tant que citoyen à faire en sorte de jouer son rôle. Parce que les forces de sécurité peuvent faire ce qu’elles peuvent, mais il faut aussi nos relations, nos concertations, un appui de la population, pour essayer de minimiser l’impact de cette insécurité », a préconisé Boubacar Barry.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 654 416 922/664 413 227

Facebook Comments

Guineematin