La journée nationale du paysan sera célébrée ce samedi, 12 mai 2018 à N’Zérékoré. L’événement qui sera présidé par le chef de l’Etat Alpha Condé, est l’occasion de promouvoir l’agriculture. A quelques heures du début de la cérémonie, le correspondant de Guineematin.com a donné la parole à certains acteurs locaux du secteur agricole qui ont dit notamment ce qu’ils attendent de cet événement.

C’est la première fois qu’une journée nationale dédiée aux paysans se tient en Guinée. Et c’est la capitale de la Guinée forestière, importante zone agricole qui abrite l’événement. Une première expérience qui procure de l’espoir à Cécé Foromo Gbilimou, agriculteur que nous avons rencontré dans son champ à Gouécké, localité située à 42 km du chef-lieu de la préfecture de N’Zérékoré.

« Cette journée vient à point nommé, car nous avons trop souffert du manque d’une bonne politique agricole. Pour mes attentes, je pense qu’après cette journée, nous paysans, nous allons tirer les leçons pour la mise en place d’une bonne politique agricole avec l’aide du gouvernement et des partenaires au développement », a-t-il dit. Selon lui, cette journée ne doit pas être une simple cérémonie pour prononcer des discours. Mais elle doit être mise à profit pour évoquer les vrais problèmes du secteur agricole afin de prendre des mesures idoines pour y faire face.

Et, c’est aussi l’avis de Sény Agnès Zogbélémou, agronome à la retraite et paysanne. Pour elle, pour que la Guinée puisse se développer, il faut mettre fin à la prédominance de la politique et du populisme pour investir dans l’agriculture : « Pour moi, le développement d’un pays passe par l’agriculture, l’élevage… Mais chez nous, c’est la politique politicienne qui a fait qu’il y a trop de chômage dans ce pays, parce qu’elle ne crée pas de l’emploi, alors que l’agriculture peut créer beaucoup d’emplois.

Quand j’ai entendu le chef de l’État dire à la radio et à la télévision nationale et même lors de sa dernière venue à N’Zérékoré qu’il achète des tonnes d’engrais et des machines moissonneuses-batteuses, j’ai pris ma tête et je me suis dit où vont ces machines-là. Nos plaines ne sont pas aménagées et les zones de production ne sont pas désenclavées, comment peut-on atteindre l’autosuffisance alimentaire ? Pour ça, je demande au président de la République, Professeur Alpha Condé, de revoir cette situation », a déclaré au micro de Guineematin.com Agnès Zogbélémou.

Et puis, il y en a qui ne croient pas que cette journée du paysan va apporter grand-chose au secteur agricole. « Je suis pas tellement optimiste quant à l’impact de cette journée. Car, nos autorités nous ont habitués à des lots de promesses qui ne serons jamais réalisées, je pense que c’est à cela que nous allons assister une fois encore. Parce que lors de son dernier passage à N’Zérékoré, le chef de l’État, Alpha condé, avait annoncé la construction de 4 usines de transformation de nos produits locaux, et lors de la journée nationale des artisans à Kankan, il y a eu des promesses qui ont été annoncées aussi mais en vain. Est ce qu’on peut être optimiste pour cette journée encore? », s’interroge Pour Nyankoye Haba, diplômé en agronomie à l’institut agronomique de Faranah, qui répond par la négative à sa question.

De N’zérékoré, Foromo Gbouo Lamah.

Tél. :+224620166816

Facebook Comments

Guineematin