L’opposition républicaine appelle ses militants et sympathisants à observer une journée ville morte ce mardi, 27 mars 2018. Elle entend ainsi maintenir la protestation contre « le détournement des voix de ses électeurs par les Commissions Administratives de Centralisation des Votes » et exige la publication « des vrais résultats issus des urnes ».

Et, contactée au téléphone par un reporter de Guineematin.com, la gendarmerie nationale annonce vouloir reconduire « le même dispositif » pour assurer la quiétude dans la cité.

L’opposition républicaine maintient la pression sur le pouvoir en place pour exiger la publication « des vrais résultats » des élections locales du 04 février 2018. C’est ce qui justifie les multiples manifestations qu’elle organise. La journée d’aujourd’hui est ainsi déclarée « ville morte » par les opposants au régime Alpha Condé. Pour parer à toute éventualité, la gendarmerie met toujours un dispositif en place.

Selon le colonel Mamadou Alpha Barry, officier chargé de la communication au haut commandement de la gendarmerie, « c’est le dispositif habituel qu’on a mis sur pied. Il y aura nos hommes aux différents carrefours pour assurer la sécurité des personnes et de leurs biens. Pour assurer la sécurité aussi de ceux qui ne veulent pas suivre le mot d’ordre de journée ville morte. Vous avez, il y a toujours certains qui ont envie d’empêcher d’autres de vaquer librement à leurs occupations. Donc, le dispositif mis en place sera chargé de veiller au grain et d’empêcher ce genre d’agissements ».

A la question de savoir s’il y a un dispositif particulier pour certains endroits réputés chauds de Conakry, à l’image de Bambéto, Koloma, Cosa ou autres, le colonel Barry répond par la négative. « Il n’y a pas dispositif particulier pour une zone par rapport à une autre. C’est celui habituel qui est là et il a toujours répondu à nos attentes », a dit l’officier.

A suivre !

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17

Facebook Comments

Guineematin