Une semaine après leur arrestation, plusieurs militants de l’opposition ont été jugés hier jeudi, 29 mars 2018 par le tribunal de première instance de Kindia. 11 d’entre eux ont été reconnus coupables de participation délictueuse à un attroupement sur la voie publique et condamnés à 6 mois de prison avec sursis, rapporte un des correspondants de Guineematin.com à Kindia.

Ils étaient 17 militants de l’UFDG, tous arrêtés lors de la manifestation de l’opposition du jeudi, 22 mars 2018 à Kindia contre les résultats des élections locales du 04 février dernier dans cette commune urbaine. Après leur comparution, 6 d’entre eux ont été relaxés et les 11 autres ont été reconnus coupables de participation délictueuse à un attroupement sur la voie publique. Ces derniers ont écopé de 6 mois de prison assortis de sursis plus le payement d’une amende de 250 mille francs chacun.

Il s’agit de Mamadou Sarifou Barry, Mamadou Saliou Diallo, Thierno Diariou Barry, Abdoulaye Diallo, Ibrahima Bah, Alsény Sow, Mamadou Bobo Sow, Mamadou Samba Bah, Abdourahime Sow, Kadiatou Bah et Abdoulaye Sylla.

En prononçant le verdict, le président du TPI de Kindia, Saidou Diallo, a expliqué aux condamnés qu’ils n’iront pas en prison, mais qu’ils sont mis sous observation. En cas de moindre délit, ils peuvent se retrouver sous les verrous.

« A partir d’aujourd’hui, si vous commettez une infraction dans les cinq ans à venir, vous serez jugés et condamnés pour les faits nouveaux. Et vous serez amenés à purger la peine de sursis qui est de six mois actuellement. Cela veut dire que c’est une peine qui attend dans les cinq ans », a dit le juge.

L’antenne de la coordination des Fulbhés et Haali Poular de Kindia a suivi de très près ce dossier. Les sages s’étaient même activés dès après l’arrestation des jeunes pour tenter en vain de mener des négociations en vue de leur libération. Certains d’entre eux ont pris part au procès, dont ils saluent d’ailleurs le déroulement.

« Ce jugement nous a fait plaisir, parce que les juges ont très bien réfléchi. Les enfants qui ont été ramassés chez eux ont été catégorisés, on a mis les mineurs d’un côté et les majeurs de l’autre. Donc, c’est une question de leur donner des conseils, et je crois que lorsqu’ils vont penser qu’ils ont six mois de prison assortis de sursis avec une amende, ils vont faire attention pour ne pas tomber dans une même sanction et revenir à la justice encore pour être jugés », a déclaré le porte-parole de la coordination à Kindia, Elhadj Boubacar Barry.

A noter que les parmi six personnes relaxées pour délit non constitué, figurent trois mineurs.

De Kindia, Mamadouba Sylla pour Guineematin.com

Tel : 624 78 43 73

Facebook Comments

Guineematin