Un autre camion est tombé hier lundi, 09 juillet 2018, au niveau du pont Wonsongoro, situé dans le secteur de Contémodouya sur la nationale Kindia-Télimélé. Un pont qui avait cédé dimanche dernier sous le poids d’un camion et qui avait été colmaté pour permettre la circulation. Et cette situation emmène les chauffeurs à se frayer leur propre chemin, quitte à détruire les champs se trouvant dans les alentours, a constaté un correspondant de Guineematin.com à Kindia qui s’est rendu sur place.

Depuis le dimanche, 08 juillet 2018, la circulation est très difficile sur la route nationale Kindia-Télimélé. Cela, en raison de la situation du pont Wonsongoro situé dans le secteur de Contémodouya, relevant de la sous-préfecture de Bangouya.

Sékou Kourouma

Ce pont a cédé sous le poids d’un camion transportant de briques, une partie du véhicule s’est retrouvée sous le pont. Des travaux de colmatage ont été aussitôt effectués sur place pour permettre la circulation. Mais pas pour longtemps. Car, un autre camion transportant du ciment est venu tomber juste à la sortie de ce pont hier lundi, 09 juillet 2018.

« Quand on est venu, on a trouvé un mauvais pont, on a cherché à traverser. Juste en sortant du pont, le camion s’est renversé. Il contient du ciment qui appartient à un Libanais. Il fait des constructions de maisons à Kollet pour les citoyens déplacés suite à la réalisation du barrage hydroélectrique de Souapiti. Nous sommes là, il n’y a pas de route. C’est un défaut de route », explique le chauffeur du camion Sékou Kourouma.

Cette situation emmène les chauffeurs à se créer des déviations pour pouvoir traverser. C’est ainsi que beaucoup sont entrés dans des champs situés dans les environs, détruisant plusieurs cultures. C’est le cas du champ d’arachide de Makhissa Sylla. La vieille dame est aujourd’hui dans une profonde désolation : « J’ai envoyé des gens qui ont fait le labour pour moi, ils ont semé six sacs d’arachide en pleine brousse, loin de la route.

Des gens ont envoyé des véhicules pour détruire tout cela, ils ont quitté le pont Wonsongoro qui se trouve loin d’ici pour venir dévaster mon champ. J’ai une grande famille, mon mari est malade en même temps aveugle. Je n’ai pas où trouver de la nourriture, si ce n’est dans l’agriculture. Maintenant mon champ est détruit par des véhicules », se lamente-t-elle.

Cette destruction des champs par les chauffeurs qui cherchent à se frayer un passage, préoccupe aussi Bafodé Camara, responsable de la jeunesse du secteur de Contémodouya. Le jeune homme interpelle l’Etat sur la question : « Nous avons enregistré deux accidents de circulation en l’espace de deux jours ici. Hier, c’était un gros camion transportant de briques en ciment qui est tombé en barrant la route nationale. En tant que citoyens, nous avons utilisé nos mains pour réparer les alentours du pont afin d’éviter que la circulation ne soit coupée. Aujourd’hui lundi à 12h, c’est un camion remorque qui vient tomber tout juste après le même pont. Il n’y a pas de déviation, les chauffeurs eux, font des déviations en amont du marigot en détruisant nos champs. Si l’Etat n’intervient pas il y aura une catastrophe ici. Je demande aussi au gouvernement de réparer ce pont. Les fers qui sont en haut ne sont pas mauvais, mais ceux qui en bas sont dégradés et gâtés. Aujourd’hui, une partie du pont est endommagée », souligne le président de la jeunesse de Contémodouya.

Selon nos informations, le pont Wonsongoro a été construit en 1988 par un natif de Tené qui fut directeur de la société OBK. Depuis, il n’a pas connu de travaux d’entretien et se trouve aujourd’hui fortement dégradé. Avant lui, trois autres ponts ont cédé à l’intérieur du pays, dont celui de Linsan sur la nationale Kindia-Mamou et deux autres sur la nationale Kankan-Kérouané.

De Kindia, Amadou Bailo Batouala Diallo

Tel. 628516796

Facebook Comments

Guineematin