Hon. Ibrahima Diallo

A l’occasion d’une conférence de presse tenue le mercredi dernier, 12 septembre 2018, le ministre des Travaux Publics, Moustapha Naïté, a fait le bilan de ses 100 jours et annoncé ses perspectives. Et, parmi ces perspectives, figure le bitumage des voiries urbaines de certaines villes comme Pita, Labé, Siguiri, Conakry, Dalaba, Beyla et Guéckédou.

Au lendemain de cette sortie du ministre, le député uninominal de Lélouma déplore le fait que sa préfecture ne fasse pas partie des villes bénéficiaires par ces projets du ministère des Travaux Publics. L’honorable Docteur Ibrahima Diallo que Guineematin.com a interrogé ce jeudi, 13 septembre 2018, dénonce le mauvais état des routes de Lélouma et estime que cette préfecture est oubliée par l’Etat guinéen.

« Actuellement, nos routes sont impraticables. A Lélouma, l’Etat est complètement absent. Lors du passage du Premier ministre, Kassory Fofana, à l’Assemblée nationale, je l’avais interpellé sur le sujet. Et après la fin de la plénière, j’ai été interpellé par le ministre d’Etat, directeur de cabinet à la Présidence, Ibrahima Kalil Kaba. Je lui ai dit que depuis l’arrivée d’Alpha Condé au pouvoir, il n’y a eu aucune réalisation à Lélouma en matière d’infrastructures routières », indique le député.

Il ajoute d’ailleurs que certaines routes de la commune urbaine de Lélouma n’ont jamais connu de retouche depuis la fin du premier régime. « Ce sont des routes fermées aujourd’hui et dont les populations sont en train d’agresser en réduisant leurs dimensions, tandis que Lélouma est l’une des préfectures les mieux loties puisqu’elle est l’une des dernières à être créée ».

Outre le Premier ministre et le ministre directeur de cabinet à la présidence, l’élu de Lélouma dit avoir saisi l’ancienne ministre de l’Agriculture, Jacqueline Sultan, et celle des TP d’alors, madame Oumou Camara sur le mauvais de ces routes ; mais, aucun résultat n’a été obtenu jusqu’à leurs départs du gouvernement.

Pourtant, rappelle l’honorable Ibrahima Diallo, le Président Alpha Condé avait promis à l’érudit de Sagalé, de faire face à la situation des routes de la préfecture. Une promesse qui tarde à se concrétiser. « Suite à l’assassinat du jeune frère du grand érudit de Sagalé, le Président Alpha Condé avait promis de refaire la route.

Là aussi, on avait envoyé les machines ; mais, elles sont reparties sans faire le travail. Donc, depuis son arrivée, il n’y a jamais eu un entretien routier. Avec sa promesse, on pensait qu’on allait être programmé dans le budget 2019. Aujourd’hui, si le ministre des TP tient une conférence de presse et qu’on n’en parle pas, ça veut dire que l’Etat est absent chez nous », insiste-t-il au bout du fil.

Et cela, ne reste pas sans conséquences, souligne le parlementaire : « Nos populations ne parviennent pas à écouler leurs productions malgré les efforts qu’ils continuent à fournir. Aujourd’hui, on a aucune route qui est praticable, surtout en cette période de grande pluie ».

En attendant donc que l’Etat ne pense à Lélouma, le député dit avoir engagé des concertations avec les fils résidents et ressortissants de la préfecture pour voir qu’est-ce qui pourrait être fait sur le plan interne par rapport à cette situation.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Guineematin