Le bicéphalisme qui prévaut actuellement au sein de la classe syndicale guinéenne, notamment du syndicat libre des enseignants et chercheur de Guinée (SLEG) commence à faire des victimes. Dans la préfecture de Lélouma, Guineematin.com a appris qu’un enseignant aurait été victime d’une mutation arbitraire à cause de son militantisme syndical du côté du leader Aboubacar Soumah.

Selon monsieur Ansoumana Diallo, secrétaire général du SLEG de Lélouma, joint au téléphone par Guineematin.com, c’est le mercredi dernier, 07 février 2018, qu’il a reçu un acte provenant du ministère : « c’est ce mercredi 7 Février 2018, quand je suis allé à l’école, que j’ai reçu un document m’informant de ma mutation dans la préfecture de Mandiana. Au début de la note de service, figure la mention ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation. Et, le document est signé du chef de cabinet du ministère, Elhadj Alhassane Diakité et non du ministre Ibrahima Kalil Konaté ».

Mais, Ansoumana Diallo dit avoir été surpris de lire des contre vérité dans ce document du ministère de l’Education nationale ! « Ce qui m’a de plus surpris dans cette décision, c’est du fait qu’il indique que la décision a été prise suite à une demande formulée par moi », dénonce-t-il, avant de révéler que même le nom porté dans ce document n’est pas le sien : « au lieu d’Ansoumane Diallo, ils ont mis Ansoume Sall, plus mon numéro matricule »…

Jurant que tout cela est lié à son militantisme syndical pro Aboubacar Soumah, notre interlocuteur dit même connaître le cadre qui lui a créé tous ces problèmes. « C’est Elhadj Ousmane Tanou Baldé, membre du bureau exécutif national du SLEG et partisan d’Elhadj Souleymane Sy Savané qui est d’être derrière cette mutation arbitraire, pour la simple raison que ce dernier avait eu une altercation avec moi tout récemment lorsqu’il était à la tête d’une délégation mandatée par Sy Savané et compagnie pour la tenue d’un congrès du SLEG à Lélouma disent-ils. C’est de là qu’il m’a menacé en disant qu’il va s’occuper de mon cas », a ajouté Ansoumana Diallo.

Réitérant son soutien à Aboubacar Soumah, cet enseignant ne veut pas accepter cette mutation qu’il qualifie d’arbitraire et ne veut donc pas quitter Lélouma pour la préfecture de Mandiana.

Egalement joint au téléphone par Guineematin.com, le mis en cause dans cette mutation, Elhadj Ousmana Tanou Baldé a démenti catégoriquement les accusations portées contre sa personne. « Ansoumana m’accuse à tort. Pour preuve, je ne suis même pas du ministère de l’Enseignement pré-universitaire mais plutôt de l’enseignement technique. Par rapport à sa mutation pour la préfecture de Mandiana, c’est Ansoumana Diallo lui-même qui m’a appelé pour m’en parler », dit, ajoutant n’être pas du tout l’instigateur. « Je ne suis ni de près, ni de loin impliqué dans cette affaire. Moi, je suis légaliste et non rebelle. C’est pourquoi, moi, je me rallie derrière Elhadj Souleymane Sy Savané qu’on considère comme le secrétaire général de notre classe syndicale qui est le SLEG », a insisté Elhadj Ousmana Tanou Baldé.

A rappeler que monsieur le leader syndical, Aboubacar Soumah et ses collègues comptent lancer une autre grève générale et illimitée sur toute l’étendue du territoire national à partir du lundi prochain, 12 Février 2018.

A suivre !

De Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin