Paul Moussa Diawara, relevé pour malversation financière

Le nouveau Premier ministre guinéen fait de la lutte contre la corruption une de ses priorités. Peu après avoir fait cette annonce à l’occasion de sa prise de fonction, Ibrahima Kassory Fofana a sévi en initiant deux décrets limogeant Paul Moussa Diawawa et Sékou Camara, respectivement directeurs de l’OGP et de l’OGC.

Les deux hommes sont accusés de malversations portant sur plusieurs milliards de francs guinéens. Interrogé par Guineematin.com sur cette question, le député de Labé, honorable Cellou Baldé, encourage cette initiative et souhaite qu’elle ne soit pas un cas isolé ou une opération communication.

Cellou Baldé

« D’abord, il faut se poser la question de savoir si c’est vraiment une campagne de lutte contre la corruption qui a été lancée ou si c’est un cas isolé. Parce qu’il y en a qui crient au règlement de compte. Je dis d’abord que je n’ai pas suivi ce dossier ; mais, d’après ce que j’ai lu dans la presse et sur les réseaux sociaux, je dis clairement que j’encourage toute initiative visant à lutter contre la corruption dans notre pays. Mais, le problème est qu’on s’est habitué à ce genre de situations où le gouvernement nous annonce que des têtes vont tomber alors que ce sont des ongles qui vont être taillées.

Nous avons suivi beaucoup de cas de par le passé, aujourd’hui, nous estimons que ce gouvernement doit, s’il veut produire des résultats, lutter efficacement contre la corruption dans notre pays. Aujourd’hui, les guinéens ne parviennent pas à accéder aux besoins sociaux de base. Vous voyez que le courant se fait de plus en plus rare dans notre capitale, il y a la question d’eau qui se pose avec acuité, sans compter d’autres problèmes, notamment la question de la santé et de l’éducation.

Et, nous savons que beaucoup d’argent sont dilapidés avec les détournements des deniers publics. En tout cas, il faut que la question de la corruption soit au centre des préoccupations du gouvernement de Kassory Fofana. Si on lutte efficacement contre la corruption dans notre pays, on peut ramener assez d’argent, assez de fonds au niveau du trésor public qui peuvent servir à financer ne serait-ce que la conception de quelques services dans notre pays », a dit le député uninominal de Labé.

L’élu de l’UFDG estime toutefois, que le départ des directeurs de l’office guinéen de la publicité et de l’office guinéen des chargeurs, accusés de malversations financières, n’est pas à mettre à l’actif de Kassory Fofana. Car, selon lui, la procédure qui a révélé les trous financiers dans ces structures de l’Etat, a été menée avant l’arrivée du nouveau Premier ministre : « Je ne mets pas ça à l’actif de monsieur Kassory Fofana parce que une sanction, c’est le fruit d’une procédure qui est engagée. Pour moi, la décision de limogeage des deux hommes est tombée quelques jours après la nomination de Kassory Fofana. La décision a été prise donc en son temps ; mais, le processus a été lancé pendant qu’il n’était pas là. Donc, c’est quelque chose qu’il ne faut pas mettre à son actif même s’il se réjouit du fait que cette décision soit prise pendant son temps », soutient le parlementaire.

L’honorable Cellou Baldé rappelle que la lutte contre la corruption fait partie des missions régaliennes de l’Etat, et souhaite que cette lutte soit efficace et pérenne à tous les niveaux pour que tous les guinéens puissent bénéficier des richesses du pays.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin