Makanéra Alhousseiny Kaké, ancien ministre de la Communication

Dans la soirée de ce dimanche 31 décembre 2017, le Président de la République, Alpha Condé s’est acquitté du traditionnel discours de l’an. A cette occasion, le chef de l’Etat a essayé d’expliquer les efforts fournis par son gouvernement pour l’émergence économique de notre Pays.

Joint au téléphone par Guineematin.com peu après la fin de ce discours, l’ancien ministre de la Communication, devenu opposant, Alhaousseiny Makanéra a accepté de nous confier ses commentaires.

Décryptage !

Dans son discours, il n’y a aucun élément nouveau, c’est toujours les promesses. J’avais souhaité écouter quelque chose de concret, quelque chose de nouveau ; mais, reprendre toujours les promesses, ça ne suscite pas de l’espoir.

C’est un discours qui nous prouve encore qu’il faut se préparer à affronter les difficultés en 2018, tant sur le plan social, économique et politique. Sur le plan politique d’ailleurs, je n’ai vu aucune ouverture et il ne nous propose rien pour une alternance démocratique. Il est aujourd’hui sur la dernière ligne droite de la fin de son dernier mandat constitutionnel ; mais, il n’en parle pas. C’est dire qu’il continue à entretenir l’ambigüité. Tant que cela n’est pas clair, je suppose que ni les guinéens, encore moins les étrangers ne peuvent construire quelque chose de solide en Guinée. Malheureusement, le Président Alpha Condé veut faire croire aux gens que la stabilité d’un pays, c’est l’instauration d’une dictature, alors qu’en réalité, tout le monde comprend que la dictature n’est pas la stabilité. Celui qui gagne par la force, cette victoire est très éphémère parce que la force peut changer de camp à tout moment. C’est la stabilité des institutions qui constitue la vraie stabilité.

L’autre aspect est qu’il n’a nulle part parlé de l’immigration clandestine des jeunes qui constitue aujourd’hui un sérieux problème. J’ai vu sa réaction par rapport à ce qui se passe en Libye ; mais, au fond, lui il est plus dangereux pour les jeunes migrants que la Libye. Si vous voyez que les jeunes continuent de fuir pour aller en Libye, ce qu’ils supposent que la Libye est mieux qu’ici. Il ne parle que des promesses de financement qui ne servent à rien parce qu’il n’y a pas de lisibilité. Je pense que lui-même ne devrait pas être fier aujourd’hui parce que même le petit courant qu’il vantait partout est devenu rare.

Je m’attendais à ce que son discours soit en trois parties. Dans la première partie, il nous donne les résultats obtenus en 2017. A commencer par les difficultés, les résultats obtenus et nous dire quelles sont les décisions prises pour que l’année 2018 soit meilleure que 2017. La seconde partie, il nous dit comment ils ont reparti la croissance obtenue parce qu’il nous a fait croire qu’on a eu une croissance de 6,7%. Enfin, il fait le bilan des différentes réalisations de son gouvernement en 2017.

Propose recueillis et décryptés par Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Guineematin