Comme annoncé dans nos précédentes publications, trois partis politiques (le GPT, le PNR et l’UNR) ont rejoint le parti présidentiel, le RPG Arc-en-ciel, dans l’évident espoir d’avoir des postes ministériels dans le prochain gouvernement. Mais, au-delà des leaders de ces trois petits partis, que deviendront les autres responsables de ces trois petits partis politiques ? 

Joint au téléphone par un journaliste de Guineematin.com, l’ancien ministre de la communication, Alhousseyni Makanéra Kaké, a indiqué qu’au sein du RPG-arc-en-ciel, rien n’est gagné d’avance et le Président Alpha Condé est le seul décideur. « Ce qui se passe maintenant n’a rien à voir avec un parti politique parce que les textes du RPG Arc-en-ciel sont dans un tiroir à Sékoutouréya. Le poste de coordinateur n’existe pas dans le texte, celui du secrétaire permanent n’existe pas, encore moins celui du secrétaire général. Donc, sur le plan juridique, il y a personne qui peut engager ce parti aujourd’hui », a dit le précurseur de ce grand ensemble « RPG Arc-en-ciel » quand il était à la mouvance présidentielle.

D’ailleurs, Makanéra Kaké se souvient qu’il était prévu 45 membres du bureau politique national qui devaient être partagés comme suit : 15 membres devaient provenir du RPG et les 30 autres sièges aux nouveaux venus. Mais, à la place, ils avaient plutôt procédé à une élection pour mettre en place un bureau politique national provisoire. « Pendant cette élection, on a décidé de choisir tous ceux qui avaient été candidats à l’élection présidentielle pour être d’office membres du bureau politique national. Et, nous autres qui n’avions pas été candidats, on a organisé une élection suite à laquelle j’ai été élu avec Laye junior Condé et une autre dame parce qu’on a fait un petit équilibrage en tenant compte de nos régions naturelles », a-t-il rappelé.

A la question de savoir s’il y a une possibilité pour les nouveaux arrivants d’intégrer l’instance dirigeante du RPG Arc-en-ciel au lieu de rester de simples militants, Makanéra répond que seul le Président de la République décide dans ce parti. « Il n’y a pas de congrès au RPG, c’est Alpha qui nomme. Ne vous souciez même pas de ça. Ce n’est pas un parti politique ; mais, une administration parallèle », a-t-il dit.

Même s’il se félicite de voir son initiative se perpétuer, l’ancien ministre devenu porte-parole de l’opposition reste encore sceptique sur le changement que pourrait apporter Kassory Fofana et cie au sein du parti au pouvoir. « Je suis très sceptique parce que les textes fondateurs qui ont présidé à la création de ce parti restent encore dans un tiroir avec le Président de la République. Et, je pense que toute tentative de renforcer le pouvoir de monsieur Alpha Condé va renforcer davantage la dictature dans notre pays », a-t-il estimé.

Enfin, l’ancien ministre d’Alpha Condé dit être au regret d’avoir initié et participé « à la destruction de tout ce qui pouvait constituer un pouvoir au régime d’Alpha Condé. A commencer par l’idée de la fusion des partis, en passant par la destruction du mouvement ‘’Won Yétéfè’’ et tant d’autres mouvements qui étaient complètement indépendants et qui pouvaient être des interlocuteurs face au Président de la République compte tenu des contextes et être même des contres pouvoir. Malheureusement, j’avais pensé qu’on allait créer un parti à l’image de l’ANC puisque le Président lui-même se réclamait le ‘’Mandela’’ de la Guinée. Je le regrette », a-t-il insisté.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél. : 622 68 00 41

Facebook Comments

Guineematin