Après deux ans et cinq mois passé à la tête du tribunal de première instance de Mamou, le président Sidiki Kouroutma vient de passer la main à son successeur, Abdoulaye Conté, le nouveau président de cette juridiction de première instance.

C’était à la faveur d’une cérémonie de passation de service qui a été organisée ce lundi, 10 Septembre 2018, dans la salle d’audience dudit tribunal et présidée par le gouverneur de la région administrative de Mamou, Amadou Oury Lammy Diallo, rapporte un des correspondants de Guineematin.com dans la ville carrefour.

En application du décret présidentiel en date 06 Août 2018, portant nomination des magistrats au niveau des cours et tribunaux de Guinée, une cérémonie de passation de service a eu lieu ce lundi dans la salle d’audience du tribunal de première instance de Mamou. Une cérémonie au cours de laquelle le désormais ancien président du TPI de Mamou, Sidiki Kourouma, a cédé la place qu’il occupait depuis le 04 Mars 2016 à Abdoulaye Conté, le nouveau président du tribunal de première instance de Mamou.

Sidiki Kourouma

Dans son allocution de circonstance, le président sortant s’est félicité du travail accompli sous sa clairvoyance par le TPI de Mamou, avant de situer son successeur sur le contexte dans lequel il prend les reines du tribunal de première instance de Mamou.

« Monsieur le président Conté, vous êtes à Mamou à la tête d’une juridiction dont le parquet est dirigé par un bouillant procureur de la République qui avait à ses côtés des substituts avec lesquels il a dirigé la chaîne pénale sans faille. Vous venez à Mamou trouver des autorités régionales, préfectorales et communales respectueuses du principe de séparation des pouvoirs. Pendant deux ans et cinq mois d’activités, nous n’avons jamais enregistré d’interférence de ces autorités dans les affaires judiciaires. Au contraire, elles ont toujours contribué aux côtés du chef du parquet à l’administration de la justice et au respect des décisions judiciaires », a indiqué Sidiki Kourouma.

Le président sortant du TPI de Mamou a ensuite remercié les chefs religieux et sages de Mamou qui, soutient-il, ont toujours répondu aux invitations lorsqu’il s’est agi de résoudre à l’amiable les conflits nés entre les différentes communautés de la ville carrefour. Il a par ailleurs présenté ses excuses et demandé pardon aux citoyens de Mamou et à ses collaborateurs auxquels il aurait causé du tord dans l’exercice de ses fonctions à la tête du tribunal de première instance de Mamou, qu’il quitte pour occuper les fonctions de président du tribunal de première instance de Siguiri, une nouvelle juridiction de TPI.

Abdoulaye Conté

De son côté, Abdoulaye Conté, le président entrant, s’est tout d’abord engagé de faire en sorte que le tribunal de première instance de Mamou fasse que les citoyens bénéficient d’une justice juste, équitable et qui agit avec une certaine diligence. « Populations de Mamou ! Nous nous mettons à votre disposition. Nous sommes là pour vous servir et non pour vous desservir ou se servir de vous », a-t-il ajouté.

En outre, Abdoulaye Conté a souligné le « langage courant du guinéen sur la justice » avant d’égratigner « les jaloux » de l’indépendance des magistrats.

« En ce moment où je m’adresse à vous pour la première fois dans cette salle où nous allons nous retrouver le plus souvent pour la distribution du droit, je réalise de par ma petite expérience de ce métier de juger que le langage courant du guinéen sur la justice est la lenteur et la corruption. Cette lecture est à mon sens une lecture parfois erronée, dû à l’incompréhension que vous faîtes de la justice… Monsieur le préfet, monsieur le gouverneur, j’apprécie la qualité des excellentes relations que vous entretenez avec les autorités judiciaires à Mamou. Parce qu’aujourd’hui l’un des handicapes de notre société, c’est que entre les administrateurs que vous êtes et les magistrats que nous sommes, il y a une incompréhension. Puisse que les gens sont jaloux qu’on dise souvent que la justice est indépendante. Comme pour dire que les juges aussi doivent recevoir des ordres. Mais quand on dit que la justice est indépendante, cela ne doit pas faire mal, ça ne doit pas rendre jaloux. Parce que là, les magistrats ne sont soumis qu’à l’autorité de la loi dans l’exercice de leur fonction », a dit Abdoulaye Conté, le nouveau président du TPI de Mamou qui quitte la justice de paix de Siguiri après trois ans de service.

Amadou Oury Lammy Diallo

S’adressant aux présidents (sortant et entrant du TPI de Mamou) le gouverneur, Amadou Oury Lammy Diallo confié : « un départ est toujours une espèce de nostalgie. Mais, quand ceux qui partent vont avec une promotion ou maintiennent leur rang, on ne peut être que fier de leur départ. Ceux qui arrivent, nous leur souhaitons la bienvenue et un agréable séjour de travail dans la ville carrefour de Mamou ».

A noter que cette cérémonie de passation de service à la tête du tribunal de première instance de Mamou a connu une forte mobilisation du personnel dudit tribunal et des forces de défense et de sécurité de la ville carrefour.

De Mamou, Keïta Mamadou Baïlo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin