Menaces contre la démocratie en Guinée ! Jamais la démocratie n’a été autant menacée en République de Guinée depuis la fin de la junte militaire du CNDD, qui a perpétré un coup d’Etat après la mort du Général Lansana Conté, deuxième président de la Guinée indépendante. La crise qui secoue actuellement la Cour Constitutionnelle est perçue aux yeux de beaucoup de Guinéens comme un début d’une instabilité des institutions de la République.

Selon beaucoup d’observateurs, le « putsch » des huit conseillers de la Cour Constitutionnelle pourrait ouvrir, si on le laisse aboutir, le boulevard à une modification de la Constitution pour offrir au président de la République un troisième mandat. Ce qui risque donc d’entraîner des perturbations et une instabilité dans le pays.

Et, pour s’opposer à une telle perspective, les leaders de l’opposition et ceux de la société civile se retrouvent aujourd’hui à Conakry.

Selon le reporter de Guineematin.com qui relaie cette rencontre en direct sur notre page Facebook officielle, il y a actuellement plusieurs personnalités politiques autour de la table. C’est le cas de Cellou Dalein Diallo (président de l’UFDG et chef de file de l’opposition guinéenne), Faya Millimono (président du Bloc Libéral), Fodé Bangoura (président du PUP), Alhousseiny Makanera Kaké (président du FND), Dembo Sylla, Ibrahima Sory BOC, Alpha Oumar Taran Diallo… Il y a également des acteurs de la société civile comme Dansa Kourouma du CNOSCG, Sékou Koundouno de la cellule du Balai Citoyen, madame Makalé Traoré…

A rappeler qu’il y a seulement deux jours, Cellou Dalein Diallo, le chef de file de l’opposition guinéenne, qui a une force de mobilisation légendaire en Guinée, a promis des actions très fortes…

« Ensemble, on va mener le combat pour arrêter cette dictature aveugle qui est en train de faire du n’importe quoi de nos ressources, de nos vies, de nos libertés et de nos droits. Nous allons nous mobiliser au niveau de l’opposition républicaine avec toutes les forces vives pour arrêter ce coup de force contre notre peuple à la Cour constitutionnelle. Et, nous allons très rapidement lancer un appel pour manifester sur l’ensemble du territoire national pour dire halte à la dictature, à la violation de la constitution et des lois de la République », a annoncé le chef de file de l’opposition guinéenne le samedi passé, 22 septembre 2018, à l’assemblée générale hebdomadaire de l’UFDG.

Guineematin.com a appris qu’une déclaration annonçant la position commune de ces acteurs (politiques et sociaux) pourrait sanctionner la rencontre de ce lundi, 24 septembre 2018.

A suivre !

Alpha Assia Baldé suit cette rencontre pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin