Comme annoncé précédemment, plusieurs centaines de femmes responsables et militantes de l’UFDG ont manifesté ce mercredi 07 mars 2018 à Conakry. Elles ont marché du Carrefour Concasseur au rond-point Bambéto sur la route Le Prince, pour dénoncer les tueries perpétrées par des agents des forces de sécurité et réclamer justice pour toutes les victimes.

Cette marche blanche a été marquée notamment par la présence de la mère de Zakariaou Diallo, présentée comme étant la première victime du régime Alpha Condé. La vieille dame a fait une brève et pathétique allocution à cette occasion, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Elle a attiré toutes les attentions à l’occasion de cette marche blanche des femmes de l’opposition, pour dénoncer les tueries des citoyens et exiger la fin de l’impunité et la justice pour toutes les victimes qui sont tombées sous les balles des forces de sécurité. Aye Diaouné, mère de Zakariaou Diallo, jeune homme tué au tout début des manifestations de l’opposition sous l’ère Alpha Condé et présenté par l’opposition comme étant la première victime du régime actuel, a pris la parole à l’occasion du meeting qui a sanctionné cette manifestation de rue. Son intervention très attendue a été très brève, mais aussi très poignante.

« Si je suis venue ici c’est parce que j’ai peur et je suis meurtrie. C’est triste ! Regardez des enfants tués, 90 personnes tuées, aucune d’entre elles n’a laissé de progéniture. Moi, c’est Zakariaou mon fils aîné, depuis qu’il a été tué je sais comment je vis, son papa est trop âgé. Merci à Alpha Condé, il a travaillé ! Dites-lui d’arrêter de tuer nos enfants. Nous, on pensait que les fusils étaient pour les bêtes et non pour les humains. 90 victimes, que Dieu nous protège ! », a-t-elle dit.

Outre Aye Diaouné, d’autres dames responsables de l’opposition, ont tenu des discours hostiles au pouvoir en place, exigeant des sanctions contre les agents des forces de sécurité qui tirent à balles réelles sur des citoyens non armés.

Halimatou Dalein Diallo, épouse du chef de file de l’opposition guinéenne, a indiqué que les femmes de l’opposition ne baisseront pas les bras tant que les tueries de citoyens ne seront pas punies : « Nous sommes là aujourd’hui pour exprimer notre ras-le-bol, trop c’est trop ! Ils ont tué nos enfants, que leurs âmes reposent en paix .Nous sommes-là, nous pensons à eux. Nous allons continuer le combat jusqu’à ce qu’il y ait une Guinée unie et prospère. Femmes de Guinée, levons-nous. A la prochaine victime nous allons nous rendre à Sékhoutouréya pour dire à Alpha Condé plus jamais ça », prévient Halimatou Dalein.

De son côté, l’honorable MariamaTata Bah donne deux semaines au pouvoir pour faire en sorte que les auteurs des différentes tueries de citoyens soient identifiés. Si rien n’est fait dans ce sens, indique-t-elle, elles vont demander le départ du président Alpha Condé. « Alpha Condé est le président de tous les guinéens, il faut que les tueries cessent. Nous voulons la justice, nous voulons la paix pour ce pays. Trop c’est trop on en a assez, on en a marre ! Nous voulons la justice pour nos enfants. Nous lui donnons deux semaines, dans deux semaines si le professeur refuse de nous montrer ceux qui ont tué nos enfants, nous allons le chasser de ce pouvoir », annonce la députée de l’UFDG.

A noter que cette marche blanche des femmes de l’opposition s’est déroulée sans incidents.

Alghassimou Yali Bah pour guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin