Comme annoncé dans le discours du chef de file de l’opposition guinéenne hier, jeudi 22 mars 2018, à Bambéto, les opposants guinéens se sont réunis dans la matinée de ce vendredi au QG de l’UFDG pour décliner un nouveau calendrier des manifestations en Guinée.

L’objectif est de contraindre le pouvoir à sortir « les vrais résultats » des élections locales du 04 février dernier et de mener des enquêtes sur l’assassinat de plusieurs opposants, exactement 94, depuis l’arrivée au pouvoir du président Alpha Condé.

Pour la semaine à venir, les opposants ont décidé d’ouvrir leur semaine le mardi par une journée ville morte dans la capitale guinéenne ; puis, le lendemain, mercredi, les femmes de l’opposition feront le sit-in devant le ministère de la Justice pour réclamer des enquêtes sur les assassinats des opposants ; le jeudi, des marches pacifiques seront organisées par les élus des cinq communes de Conakry et ceux de Dubréka et de Kindia ; et, la semaine qui suivra, des marches tournantes à l’intérieur du pays seront lancées à Boké…

Bref, comme elle l’a promis, l’opposition décide de ne plus laisser le pouvoir Alpha Condé tranquille tant que « les vrais résultats » ne seront pas publiés et que les assassins de leurs militants ne seront pas identifiés et punis conformément aux lois de la République.

A suivre !

Assia Baldé pour Guineematin.com

 

Facebook Comments

Guineematin