Le 22 décembre prochain, le PUP commémore le neuvième anniversaire du décès du Général Lansana Conté. Un événement qui ne laisse pas indifférent Cellou Dalein Diallo. Le président de l’UFDG l’a évoqué longuement au cours de l’assemblée générale hebdomadaire de son parti, ce Samedi 16 décembre 2017 a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

L’assemblée générale de l’UFDG de ce Samedi a démarré par une minute de silence à la mémoire de feu Général Lansana Conté, ancien président de la République. Un homme pour qui, Cellou Dalein Diallo a beaucoup de respect pour avoir été son ministre pendant plus de 10 ans. Le chef de file de l’opposition a tenu donc à lui rendre une fois encore hommage, en s’en prenant notamment à Alpha Condé et à tous ceux qui pensent que Lansana Conté ne savait pas gérer le pays et était téléguidé par ses ministres. « La théorie de Alpha Condé c’est de dire souvent que Lansana Conté est un homme qui n’était responsable de rien, qui disait à ses ministres moi je ne connais rien, allez faire ce qui est bon pour le pays. Cette image ne correspond pas au président Lansana Conté, qui était plutôt un homme rigoureux, honnête et intelligent », affirme le président de l’UFDG.

Et, Cellou Dalein d’ajouter : « Le peuple de Guinée se souvient, avec son arrivée au pouvoir les guinéens ont été libérés des normes, il a ouvert les frontières, libéralisé l’économie, libéralisé la vie politique. Ceux qui nombreux étaient condamnés à mort pour des raisons diverses, tout le monde a été autorisé à rejoindre le pays. Il (Alpha Condé) dit qu’il prend le pouvoir là où Sékou Touré l’a laissé comme si le général n’avait pas existé. Le président Lansana Conté a existé et il a laissé des traces indélébiles dans l’histoire de notre pays ».

Parlant justement de l’action du président Conté à la tête de la Guinée, le chef de l’opposition guinéenne cite aussi plusieurs infrastructures routières, des écoles, des centres de santé construits partout dans le pays mais aussi la liberté accordée à la presse d’exercer dans le pays. L’opposant indique que le processus de développement de la Guinée a été freiné par l’agression rebelle dont le pays a été victime dans les années 2000. « On a perturbé le cours de l’histoire. La Guinée était en train de faire un très bon développement de 1990 en 2000 avec un taux de croissance de 5% alors que toute l’Afrique de l’ouest était en crise, un déficit budgétaire de moins de 5% en moyenne, une inflation inférieure à 5% », a-t-il cité avec insistance, sans oublier la consolidation de l’unité nationale. « On ne peut pas ne pas rendre hommage à cet homme, ce serait malhonnête et ingrat de la part du peuple de Guinée, parce qu’il a libéré les citoyens », a conclu Cellou Dalein Diallo.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628124362

Facebook Comments