Pont de DemboDepuis quelques jours, les usagers de la route nationale numéro 24, reliant les préfectures de Télimélé et Gaoual, connaissent un véritable calvaire. En effet, en plus du mauvais état de la route à plusieurs endroits, le passage est régulièrement bloqué au niveau de la déviation du pont de Dembo, dans la sous-préfecture de Sarékaly, devenue « l’autre Linsan » de Télimélé.

Hier, jeudi 30 août 2018, c’était jour de marché hebdomadaire à Soguoroya, district de la sous-préfecture de Sarékaly dans la préfecture de Télimélé. Et pour se rendre dans cette localité, il faut passer par Dembo, un village situé non loin de là. Et le pont qui permet de traverser un marigot se trouvant sur la route est en chantier depuis une année, il faut donc emprunter une déviation pour traverser.

Mais, le problème est que ce jeudi matin, cette déviation était quasiment non praticable. En effet, la forte pluviométrie enregistrée ces derniers jours dans la zone a fortement augmenté le volume d’eau sur les lieux. Seuls les camions pouvaient donc s’y aventurer. Conséquence, plusieurs vendeurs et d’autres citoyens qui se rendaient au marché de Soguoroya ont été bloqués pendant un bon moment au niveau de cette déviation.

Jusqu’à 20 000 GNF pour traverser le pont de Dembo

Cette situation a emmené Ismaila Barry et d’autres jeunes de Dembo, à s’activer pour aider les personnes bloquées à traverser le marigot. « Depuis hier, quand quelqu’un vient, il nous demande de l’aide et nous l’assistons pour qu’il puisse traverser. Certains nous donnent 5000 GNF et d’autres disent qu’ils n’ont rien, mais nous les aidons quand même à passer. En ce qui concerne les véhicules, quand on les aide à traverser, certains chauffeurs nous donnent 20 000 GNG jusqu’à 50 000 GNF », témoigne le jeune homme.

Pour lui, ce calvaire des usagers est dû tout simplement au fait que les travaux de construction du pont ont pris un retard énorme : « Les travaux de construction de ce pont ont débuté depuis l’année passée. Ici à Dembo, nous avons une souffrance totale sur cette route. Ils ont commencé les travaux de ce pont, mais ils sont incapables de finir la réalisation. Depuis hier jusqu’aujourd’hui matin, même les piétons ont du mal à passer. Aujourd’hui c’est le jour du marché hebdomadaire, les personnes qui viennent pour vendre leurs produits ont trop souffert. Nous demandons au gouvernement de nous venir en aide pour vite finir ce pont », lance Ismaila Barry, visiblement remonté.

Le sous-préfet accuse le prestataire 

Joint au téléphone par Guineematin.com, le sous-préfet de Sarékaly, Alsény Bangoura, a indiqué que le retard des travaux de construction du pont de Dembo est causé par la responsable du projet. Mais il dit avoir sollicité l’aide du préfet de Télimélé pour que ces travaux puissent enfin être achevés afin de soulager les usagers de cette route.

« Madame Kaba qui a le projet de construction de ce pont a sous-estimé le projet, et maintenant elle est dans des situations complexes. En ce moment je suis au bureau du préfet pour ce problème. La dame vient d’être appelée par le préfet, elle dit qu’elle vient au plus tard le 10 septembre», nous a confié le sous-préfet.

Reste maintenant à savoir jusqu’à quand durera le calvaire des usagers de cette route.

De Télimélé, Ousmane Dieng pour Guineematin.com

Tél. : 622525250

Facebook Comments

Guineematin