En prélude à la célébration de la journée internationale de la jeune fille, demain, mercredi 11 octobre 2017, mesdames les ministres (des jeunes filles âgées de moins de 18 ans), en partenariat avec Plan Guinée et le gouvernement, ont organisé leur conseil interministériel à la Primature, ce mardi. Placée sous le thème : « les filles prennent la relève », cette journée vise à donner l’opportunité aux jeunes filles de se mettre dans la peau des principaux décideurs en vue de changer positivement leurs conditions de vie, rapporte le journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Les filles, à travers leur conseil des ministres, qui a duré une heure, ont discuté des préoccupations majeures, notamment l’éducation de la jeune fille, la lutte contre le mariage précoce et les mutilations génitales féminines. Sur ce dernier point, elles ont démontré avec preuve à l’appui que malgré tous les efforts, « la Guinée demeure encore le deuxième pays au monde où cette pratique est la plus rependue, avec environ 97%, juste après la Somalie ».

Dans sa communication, monsieur Amavia Akpamango, le représentant de Plan international en Guinée a exprimé sa reconnaissance au gouvernement guinéen, à travers le Premier Ministre Mamady Youla, en cédant symboliquement son pouvoir et celui de son gouvernement à ces jeunes filles. « Cette activité que nous venons de réaliser est une occasion donnée aux filles d’exprimer leurs ambitions et donner leur potentiel. Vous avez vu, à travers le conseil interministériel, la qualité des débats. Les filles ont discuté de leurs préoccupations quotidiennes et surtout de se mettre d’accord sur les actions qu’elles estiment que le gouvernement de la Guinée doit prendre pour permettre aux filles de mieux contribuer au développement de la Nation guinéenne ».

Satisfait de cette activité, Amavia Akpamango souhaite que le Gouvernement mette en pratiques les recommandations des jeunes filles : « nos objectifs ont été atteints à travers cette activité proprement dite. Maintenant, il faut qu’ils se traduisent dans la réalité avec les actions que le gouvernement va prendre concrètement pour que les recommandations du conseil interministériel des jeunes filles puissent être traduites dans les réalités ».

Au sortir du conseil interministériel, Fatoumata Binta Soumah, élève de la 12ème Année sciences sociales et qui a joué le rôle de Premier Ministre chef du gouvernement a fait un bref compte rendu à la presse, en présence « de son homologue », monsieur Mamdy Youla.

« J’aimerai dire à mon cher homologue, qui est aussi le Premier ministre, comme prévu, nous les ministres avons ténu notre traditionnel conseil interministériel. Et, en tant que Première ministre, nous avons décidé surtout pour la santé de la jeune fille qui est basée sur la mutilation génitale faite aux femmes, ça nous fait mal et ça nous fatigue. Quand j’entends que nos parents continuent à exciser nos jeunes sœurs et grandes sœurs, ça me fait excessivement mal parce que moi-même j’ai été victime et je sais ce que ça fait. Le deuxième sujet que nous avons débattu, c’est l’immigration clandestine. Ce n’est pas normal, il faut d’abord chercher des projets pour les jeunes de la Guinée. Et, nous, jeunes filles, nous sommes là non pas parce que nous avons voulu le faire pour un simple loisir, c’était une façon pour prouver à nos différents ministres, au peuple de Guinée que tout ce que les hommes peuvent, nous jeunes filles nous le pouvons aussi », a-t-elle expliqué, exhortant monsieur Mamady Youla à les aider à exécuter leurs projets.

Visiblement satisfait, monsieur le Premier ministre, Mamady Youla a, dans son discours-réponse, dit que cette stimulation est organisée de manière symbolique pour marquer la journée internationale de la jeune fille afin de dénicher tous les problèmes auxquels sont confrontées ces jeunes filles. « Mon homologue a brossé de manière très éloquente les problèmes qui assaillent notre société. Elle a parlé de mutilation génitale, des problèmes de mariage précoce ; et, toutes ces questions que malheureusement nos sociétés continuent de perpétuer. Donc, c’est l’occasion pour moi aussi de lancer un appel à toutes les parties prenantes, à toutes les personnes de bonnes volontés qui ouvrent justement pour mettre fin à cette situation de redoubler d’ardeurs afin que les questions du genre soient prises pleinement en compte dans tout ce que nous faisons. Mais aussi que toutes les difficultés que rencontrent nos filles, nos sœurs, nos mamans dans leur vie quotidienne puissent être adressées de manière efficace pour que la question de l’égalité du genre soient une réalité en Guinée », a dit le chef du Gouvernement guinéen.

A suivre !

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18