élèves BEPCSelon les informations du gouvernement guinéen, sur les 103 398 candidats (dont 31 590 filles) qui ont composé dans les différentes filières (Enseignement Général et Franco-Arabe), ce sont 54 886 candidats qui ont été déclarés admis ; soit 53.08 % de réussite, a appris Guineematin.com de source officielle.

Attendus par les candidats et leurs parents depuis quelques jours maintenant, c’est seulement ce lundi 18 juillet 2016 que les résultats sont rendus public par le gouvernement guinéen.

D’ailleurs, il importe de noter que le ministre de l’Enseignement pré-universitaire et de l’Alphabétisation, Ibrahima Kourouma, a montré un engagement de rigueur dans la gestion de l’ensemble des examens.

Docteur Kourouma a conduit plusieurs missions à l’intérieur du pays, avant et pendant les examens nationaux pour prôner la rigueur ; même si cela n’a pas empêché les cas de fraudes qui ont été relevés ici et là, comme à Faranah où le nom du Directeur préfectoral de l’éducation a été cité dans des pratiques jugées anormales par certains surveillants qui ont contacté Guineematin.com après les examens. Seulement, pour le cas de Coyah, des condamnations ont été prononcées contre les coupables, même si certains les qualifient de petites peines…

Bref, constatant la « tolérance » de certaines pratiques, certains compatriotes commencent à s’interroger si le slogan « tolérance zéro », clamé depuis quelques années par les autorités guinéennes pourrait être interprété comme « zéro tolérance » pour certains candidats et « accompagnement » de tous les autres…

A suivre !