Les réactions se multiplient à Conakry pour dénoncer le retard de l’installation des conseils communaux élus à l’issue des élections locales du 04 février 2018. Plus de 7 mois après leur élection, les conseillers communaux attendent encore de prendre fonction. Et cela, malgré la signature, il y a un plus d’un mois, d’un accord politique entre le pouvoir et l’opposition mettant fin aux contentieux électoral.

Selon Alpha Oumar Taran Diallo, le coordinateur du Mouvement Républicain qui a présenté des listes indépendantes à l’occasion de ces élections, le blocage actuel est causé par le RPG Arc-en-ciel qui a des problèmes internes, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Le 08 août 2018, le gouvernement, le RPG Arc-en-ciel et l’opposition républicaine amenée par l’UFDG, sont parvenus à un accord politique sur le contentieux électoral né des élections locales du 04 février dernier. Bien que n’ayant pas fait l’unanimité au sein de la classe politique et de la société civile, cet accord a permis tout de même de mettre fin à la crise post-électorale et ouvert la voie à l’installation des conseillers communaux.

Désormais, plus rien ne s’opposait officiellement à l’entrée en fonction des élus locaux. Mais plus d’un mois après, c’est toujours le statu quo. Et des voix s’élèvent pour dénoncer cette situation : « Ce retard est en droite ligne avec le comportement que ce gouvernement a toujours eu depuis son installation. Le manque de volonté politique pour aider au développement de notre pays. Quand on sait que c’est les communes qui assurent le développement à la base, si on retarde l’installation de ces conseils communaux, je me dis qu’on n’a pas envie que le pays avance.

Sinon les résultats sont publiés depuis longtemps, il y a eu cette crise post-électorale qui a été réglée entre l’opposition et la mouvance. Je ne vois plus aucune raison qui puisse encore retarder l’installation des exécutifs communaux », réagit Alpha Oumar Taran Diallo, le coordinateur du Mouvement Républicain qui avait présenté des listes indépendantes dans les communes de Matoto et de Fria lors aux élections locales de février dernier.

Parlant des raisons de ce retard, Taran Diallo pointe du doigt le RPG Arc-en-ciel. Le parti au pouvoir qui fait face à un problème interne lié à la désignation des candidats à l’élection des exécutifs communaux : « Aujourd’hui, certainement le retard est dû aux problèmes auxquels le parti au pouvoir est confronté quant à la désignation des têtes de listes. Voilà les problèmes auxquels nous faisons face. Donc un seul parti bloque tout le pays », regrette-il.

En ce qui concerne les alliances pour la direction des maries, monsieur Diallo indique que son mouvement ira avec l’UFDG à Fria, commune où le MR a eu quatre conseillers élus. « Nous avons eu de façon officielle la main tendue de l’UFDG, nous avons discuté sur des points d’accord, et nous avons eu une main tendue mais non officielle du côté du RPG qui a cherché à avoir les éléments un à un au lieu de négocier avec la direction du Mouvement Républicain. Nous avons une proposition concrète du côté de l’UFDG », a précisé Alpha Oumar Taran Diallo.

Le coordinateur du MR demande à tous les citoyens de se lever pour réclamer l’installation de leurs représentants qu’ils ont élus à la tête des différentes collectivités du pays. Car dit-il, l’installation des conseils communaux peut ramener la confiance, ça peut motiver les gens à s’engager pour le développement de notre pays, et cela pourrait également permettre au pays d’avoir des financements.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tél. : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Facebook Comments

Guineematin