La Consultation Publique sur le Rapport de l’Etude d’Impact Environnemental et Social du Projet de construction de la route Lola – Nzoo Gouela, frontière de la Côte d’ivoire, s’est tenue   dans  la salle de réunion de la Préfecture de Lola.  Placée sous la haute autorité de Monsieur Saa Yola TOLNO, cette  rencontre a connu la présence de 75 participants dont des cadres préfectoraux et communaux de Lola centre et des sous-préfectures, des riverains et de la société civile, a constaté sur place Guineematin.com, à travers son correspondant local.

 D’entrée de jeu, Monsieur Jean GBAMOU, conseiller de la Commune urbaine de Lola et représentant du Président de la délégation spéciale, a invité chaque participant à s’impliquer dans l’accomplissement des travaux de cette journée et des activités de cette route.

Mamadi Oscar MONEMOU, représentant Madame la Ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts a exposé sur la procédure de réalisation d’Etude d’impact environnemental et social en République de Guinée. Il a expliqué les rôles et responsabilités de chaque partie prenante dans le processus de validation d’un rapport d’Etudes environnementale tout en insistant sur la consultation des parties prenantes et l’information du public.

Dans son discours, Monsieur Saa Yola TOLNO, Préfet de Lola, a exprimé sa grande satisfaction pour avoir été le président de cet atelier. Il a souligné l’importance de la construction de cette route  qui va non seulement desservir la Guinée et la Côte d’Ivoire, mais aussi contribuera à la facilitation de l’intégration des Etats membres de la CEDEAO.

Par ailleurs, Monsieur Saa Yola TOLNO a salué le sérieux avec lequel les études d’impact environnemental et social ont été menées et qui tiennent compte des préoccupations de toutes les parties prenantes.

Au cours de cette journée, Monsieur Lansana DIAWARA, chef service suivi des Plans de Gestion Environnemental et social du Ministère des travaux publics, a exposé sur La présentation du Projet de construction de la route et ses composantes ; La présentation des impacts et mesures d’atténuation et le Plan d’Action de Réinstallation et de Compensation (PARC).

C’est après cet exposé que les participants, en particulier les riverains, ont exprimé leurs préoccupations tout adhérant au projet.

Des suggestions formulées ont été prises en compte notamment : l’implication des médias dans tout le processus, Le respect de la procédure communautaire dans la compensation des sites culturels affectés, l’accélération des activités de construction; l’appui aux ONG, Groupements et Associations de jeunes et de femmes ; la construction d’une clôture en grillage pour protéger la mare de Gogota ; l’indemnisation de façon exhaustive de toutes les populations susceptibles d’être impactés par le projet ; l’emploi de la main d’œuvre locale tout en priorisant les résidants locaux ;  la réalisation des infrastructures sociales de base ; l’indemnisation des biens impactés avant le démarrage des activités ; l’octroi d’un terrain de football et une gare routière à Nzoo Gouela ; la protection de l’environnement.

Tout en exprimant leur adhésion totale au projet, les participants ont tous souhaité son plein succès.

Il faut noter que ce projet doit être financé à hauteur à plus de 300 milliards de nos francs par la Banque Africaine de Développement.

De Lola, Léopold Konté pour Guineematin