Abdoul Malick DialloLa scène s’est produite ce samedi 25 juin 2016, au siège du RPG-Arc-en-ciel au quartier Béhanzin, à la fin de l’assemblée hebdomadaire du parti présidentiel, a appris Guineematin.com de la victime. Pendant que le journaliste Abdoul Malik Diallo, reporter au journal « Le Populaire » et du site aminata.com, prenait des photos à la sortie du président de la République du siège du parti, il se fait interpeller par un certain commandant Condé.

Joint au téléphone cet après-midi par Guineematin.com, Abdoul Malik Diallo a expliqué en détails sa mésaventure. « Je prenais des photos de la foule à la sortie du président quand un militaire m’a vu, un certain commandant Condé, qui est des forces spéciales. Quand il m’a demandé qui je suis, je lui ai dit que je suis journaliste et que je prenais juste une photo. Je lui ai montré mon badge. Ensuite, il m’a dit de lui montrer les images que j’ai prises. Le temps pour moi de sortir la photo pour lui montrer, il a pris la camera et a sorti la carte mémoire. Je lui ai dit que ça ne marche pas comme ça. Ensuite,  il y a eu une altercation, les autres officiers sont venus  pour dire de m’embarquer », a rapporte l’infortuné journaliste.

Parlant de la suite des événements Abdoul Malik dit avoir été embarqué et envoyé à Kaloum : « ils m’ont déposé à la base des forces spéciales à quelques pas de l’état-major de la gendarmerie. Quand j’ai commencé à m’exprimer, c’est un agent en veste, qui est aussi un militaire mais habillé en civil, qui m’a asséné un coup à la poitrine gauche. Je suis tombé et devenu inconscient. Quand je me suis retrouvé, il y avait là le doyen Karim Condé du bureau de presse de la présidence qui était venu. Il m’a interrogé et je lui ai expliqué ce qui s’est passé. Mais, les agents insultaient et il m’a dit de ne pas répondre. Après, il a récupéré la carte mémoire des mains des agents qu’il m’a rendue »,  a raconté notre confrère.

Selon le journaliste, ses habits, notamment sa chemise, ont été déchirés. Abdoul Malik a confié qu’il cherchait à rallier son domicile avant de se rendre à un hôpital.

Propos recueillis par Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Note de Guineematin.com

Pour le moment, aucune association de presse guinéenne n’a réagi à cette autre atteinte à la liberté de la presse dans notre pays.

A rappeler que les journalistes sont fréquemment attaqués au siège du RPG arc-en-ciel où on avait saisi la caméra de Guineematin.com dans les mêmes conditions que Malick, sans compter qu’une des responsables du parti présidentiel, madame Fanta Sacko, avait menacé de brûler vif tout journaliste pris au siège du parti.

Guineematin.com condamne avec la dernière énergie ces atteintes répétées à la liberté de la presse dans notre pays et demande aux dirigeants du RPG arc-en-ciel de faciliter le travail des reporters comme le font tous les autres partis politiques de la Guinée.

La Rédaction

Facebook Comments

Guineematin